27/10/2019 16:00
Il en faut peu à Ashleigh Barty pour s'assurer de terminer l'année sur le trône de N°1 mondiale, mais le Masters, qui débute ce dimanche 27 octobre, n'est pas le tout dernier effort de la saison pour l'Australienne. L'attendra encore la finale de Fed Cup une semaine plus tard.
>>Tennis : Pliskova éliminée à Wuhan, Barty assurée de rester N°1
>>WTA : Osaka renoue avec la victoire sur ses terres

L'Australienne Ashleigh Barty face à la Japonaise Naomi Osaka en finale du tournoi WTA de Pékin, le 6 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Pour ses sept concurrentes, Karolina Pliskova, Naomi Osaka, Simona Halep, Bianca Andreescu, Petra Kvitova, Belinda Bencic et Elina Svitolina, la tenante du trophée, le Masters, qui a déménagé de Singapour à Shenzhen, en Chine, où il entame un bail de dix ans, est l'ultime rendez-vous de l'année. Pas pour Barty (23 ans), qui aura la charge de mener l'Australie vers son premier sacre en Fed Cup depuis quarante-cinq ans les 9 et 10 novembre, contre la France, à Perth, sur la côte ouest de l'île-continent, tout au bout de la saison qui l'a vue s'installer au plus haut niveau.

En attendant, la lauréate inattendue de Roland-Garros, dont c'est la première participation en simple au Masters (elle s'était qualifiée en double en 2017 et 2018), promet de "batailler ferme pour conclure la saison WTA avec le titre à Shenzhen".

En tout cas, la place de N°1 mondiale en fin d'année - un honneur inédit pour le tennis féminin australien - lui tend les bras, elle qui est la seule joueuse à avoir rallié la deuxième semaine dans les quatre tournois du Grand Chelem en 2019, et qui a gagné le plus de matches sur le circuit jusque-là (52).

Tout pour finir N°1 

La Japonaise Naomi Osaka face à l'Australienne Ashleigh Barty en finale du tournoi WTA de Pékin, le 6 octobre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Mathématiquement, Pliskova et Osaka ont une chance de lui chiper in extremis, mais elle est extrêmement infime. Au mieux, le Masters rapporte 1.500 points, et rien que chaque match de poule joué (pas gagné) permet d'en empocher 125.

Or Barty aborde le prestigieux tournoi avec plus de 1.000 points d'avance sur la gauchère tchèque - précisément 1.161 - et la joueuse japonaise (1.230). Ainsi, sur un plan purement comptable, même pas besoin pour l'Australienne de remporter le moindre duel, à la seule condition de jouer ses trois matches de poule. Et si elle gagne un de ses deux premiers, les jeux seront faits aussi.

Barty a été versée dans le groupe rouge aux côtés d'Osaka, victorieuse de l'Open d'Australie début 2019, de Kvitova et de Bencic. Le groupe violet se compose lui de Pliskova, Halep et Andreescu, récente lauréate de l'US Open.

Osaka, qui reste sur deux titres à Osaka et Pékin cet automne, ouvre le bal dimanche 27 octobre (16h30 locales) face à Kvitova. Puis ce sera au tour de Barty, contre Bencic. Lundi 28 octobre, Pliskova sera opposée à Svitolina, et Halep à Andreescu.

Les deux premières de chaque groupe se qualifieront pour le dernier carré. Des huit joueuses engagées, seules Kvitova, en 2011, et Svitolina, en 2018, ont déjà inscrit le Masters à leur palmarès.

En double également, il y aura un avant-goût de Fed Cup, avec la présence de la Française Kristina Mladenovic et de l'Australienne Samantha Stosur. La première est associée à la Hongroise Timea Babos - toutes deux sont tenantes du titre -, la seconde à la Chinoise Zhang Shuai.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Hông Mi, l'alcool qui fait la fierté de Bac Hà

COVID-19 : la stratégie de Hanoï pour relancer le tourisme en 2021 Comment sauver le tourisme suite à la crise sanitaire ? Hanoï et ses acteurs touristiques ont déjà préparé un plan de relance pour 2021. Le cap est clairement fixé : le marché intérieur !