17/11/2021 10:13
Daniil Medvedev (N°2 mondial), tenant du titre, a déjà son billet pour les demi-finales des Masters après une victoire épique mardi 16 novembre contre Alexander Zverev (N°3) 6-3, 6-7 (3/7), 7-6 (8/6), dans un tournoi où Jannik Sinner, remplaçant du blessé Matteo Berrettini, a débarqué au pas de charge.
>>Masters ATP : Djokovic débute sans trembler contre Ruud
>>Masters ATP : Medvedev lance parfaitement la défense de son titre

Le Russe Daniil Medvedev vainqueur de l'Allemand Alexander Zverev au Masters ATP à Turin le 16 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

À Turin, le public n'a pas boudé son plaisir de voir une première victoire italienne dans ces Masters organisés pour la première fois dans la Péninsule. Un succès offert par Sinner (11e), avec la manière contre le Polonais Hubert Hurkacz (N°9), en deux sets expéditifs 6-2, 6-2.

Medvedev a dû batailler beaucoup plus (2h35) pour conquérir sa deuxième victoire en deux matches, synonyme de qualification.

Très solide au service et dominateur dans les longs échanges, le Russe a poursuivi sa belle série contre l'Allemand (5e victoire de rang), dans ce qui était leur 11e confrontation, dix jours seulement après la demi-finale du Masters 1000 de Paris remportée beaucoup plus facilement (6-2, 6-2).

Le champion olympique allemand, vainqueur des Masters en 2018, a manqué une belle occasion d'entrée en ne concrétisant pas deux balles de break sur la première mise en jeu du Russe, qui, lui, n'a pas gâché l'occasion sur le premier jeu de service de Zverev. Avec une grande variété de coups, Medvedev a pris le large et facilement empoché la première manche.

Mais Zverev, 24 ans, n'a ensuite plus rien lâché. L'Allemand a joué avec les lignes et s'est appuyé sur une rafale d'aces pour rester au contact dans le second set, effaçant une balle de break brûlante à 3-3 d'un smash autoritaire.

Face à l'agressivité de l'Allemand, Medvedev a su garder son sang-froid pour réciter son tennis, au moins jusqu'au tie-break où il a perdu ses nerfs pour la première fois, après avoir été sanctionné pour une - légère - faute de pied. Zverev en a profité pour égaliser.

Sinner "joue pour Matteo" 

Le jeune Italien Jannik Sinner vainqueur expéditif du Polonais Hubert Hurkacz au Masters de fin de saison à Turin, le 16 novembre.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans le troisième set, plus équilibré que jamais, les deux joueurs ont de nouveau conservé leurs jeux de service, pour s'offrir un nouveau tie-break. Mieux parti, l'Allemand a finalement craqué, envoyant dans le filet la troisième balle de match du Russe.

"C'était vraiment serré, peut-être que je comprends son jeu un peu mieux", a reconnu Medvedev.

En soirée, Sinner a tenu à justifier sa présence dans ce tournoi réunissant le gratin mondial. Avec seulement deux matches à jouer au lieu de trois pour ses adversaires, il n'a qu'une petite chance de voir les demies et cela passe par deux succès.

Avant de se frotter jeudi 18 novembre à Medvedev, il a pris sa revanche avec la manière contre Hurkacz, vainqueur de leur seule opposition précédente, en avril en finale du Masters 1000 de Miami. Une revanche expédiée en 1h25 avec deux breaks dans chaque manche, contre un Polonais aux frappes lourdes mais manquant singulièrement de précision.

"Ce tournoi, on le joue pour Matteo. C'est d'abord un très grand joueur, mais aussi une personne incroyable, je suis désolé qu'il n'ait pas réussi à jouer", a commenté Sinner.

Tout en ayant une pensée pour le public qui l'a longuement applaudi : "J'étais tendu au début, venir jouer ici c'est incroyable, merci pour le soutien".

Berrettini, contraint à l'abandon sur blessure dimanche 15 novembre contre Zverev, a annoncé mardi 16 novembre son forfait définitif : "Je suis dévasté, je n'aurais jamais pensé que je devrais renoncer comme ça au tournoi de tennis le plus important jamais organisé en Italie", a-t-il regretté sur les réseaux sociaux.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.