18/11/2021 17:02
À 34 ans, Novak Djokovic semble se faire un malin plaisir à démontrer à ses jeunes concurrents des Masters ATP qu'il est encore très fort physiquement et mentalement : il a balayé mercredi 17 novembre le cogneur russe Andrey Rublev et s'est ainsi assuré une place en demi-finales.
>>Masters ATP : Medvedev en demies, Sinner au pas de charge
>>Masters ATP : Djokovic débute sans trembler contre Ruud

Le Serbe Novak Djokovic, après sa victoire face au Russe Andrey Rubley, le 17 novembre à Turin, qui lui assure une place en demi-finale des Masters ATP, après le forfait du Grec Stefanos Tsitsipas sur blessure.
Photo : AFP/VNA/CVN

En une heure et huit minutes, le N°1 mondial a donné à son adversaire, 5e, une leçon 6-3, 6-2.

Après avoir battu Casper Ruud (8e) lundi 15 novembre, le Serbe a ainsi signé face au Russe, de dix ans son cadet, une deuxième victoire dans le groupe Vert où le forfait de Stefanos Tsitsipas (4e) sur blessure lui assure un billet pour le dernier carré. Il s'y hisse pour la dixième fois de sa carrière, comme son idole Pete Sampras, à deux longueurs d'Ivan Lendl et six du record de Roger Federer.

Assuré de terminer premier de ce groupe Vert, Djokovic est également certain de ne pouvoir retrouver son nouveau grand rival sur le circuit, le Russe Daniil Medvedev (2e mondial et 1er du groupe Rouge) qu'en finale dimanche 21 novembre. Les deux hommes se sont déjà affrontés trois fois en finale cette année avec des victoires de Djokovic à l'Open d'Australie et au Masters 1000 de Paris, et une victoire de Medvedev à l'US Open.

"Je me sens comme à la maison !", a reconnu Nole alors que Turin accueille pour la première fois ce tournoi des Maîtres qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison.

"Le fait de parler italien me permet d'être connecté avec le public", a souligné le Serbe qui a passé plus d'un quart d'heure à signer des autographes et prendre des selfies avec les fans avant de quitter le court.

Un mur 

En ce qui concerne le match, après un échange de services en tout début de partie, Djokovic a assis sa domination, reconnaissant que son adversaire n'avait "pas joué à son meilleur niveau".

Le N°1 mondial, en quête d'un sixième sacre pour égaler le record de titres aux Masters de fin d'année détenu par Federer, a repris le service de Rublev pour se détacher 5-3 et conclure la manche sur un ace.

Fort physiquement et mentalement, avec une palette de coups bien plus développée que le Russe, il a survolé la seconde manche, pris deux fois la mise en jeu de Rublev et de nouveau conclu sur un ace.

Au total, il a réussi 14 aces sur ses neuf jeux de service et a fait office de mur face à Rublev grâce à une défense indestructible. Il a ainsi poussé le Russe à manquer des coups par crainte de voir de nouveau la balle revenir.

"J'ai commis trop de fautes inhabituelles, parfois sur des coups faciles, dans des positions où normalement je frappe bien. Je me suis précipité aujourd'hui, mais c'est normal, j'ai besoin de cette expérience", a analysé Rublev qui affrontait le Serbe pour la première fois de sa carrière.

Il peut toujours espérer se hisser dans le dernier carré, à condition de battre vendredi 19 novembre le Norvégien Casper Ruud (8e).

Ce dernier a battu mercredi 1-6, 6-3, 6-4 le Britannique Cameron Norrie (12e) qui palie le forfait pour le tournoi de Stefanos Tsitsipas (4e). Le Grec, dominé par Rublev lundi 15 novembre, a annoncé son retrait quelques heures avant la rencontre : il n'est toujours pas remis de la blessure au coude qui l'avait contraint à l'abandon dès son entrée en lice au Masters 1000 de Paris au début du mois.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les "patients" particuliers de l'enseignante de 89 ans

Buôn Ma Thuôt, une ville écologique, moderne et riche en identité culturelle  Après la guerre, Buôn Ma Thuôt était un véritable champ de ruines. Mais en quelques décennies, la ville a réussi à renaître de ses cendres et développer son urbanisation. La verdure qui est omniprésente sur place apporte une véritable plus-value au bien-être des habitants.