04/11/2021 13:14
Le N°3 mondial Stefanos Tsitsipas s'est effacé du Masters 1000 de Paris-Bercy après seulement six jeux mercredi 3 novembre, bras droit douloureux. Le tout jeune Carlos Alcaraz, une des têtes d'affiche de la nouvelle génération, y continue lui sa progression express.
>>Masters 1000 de Paris : retour chahuté pour Djokovic, avant Monfils ou Mannarino
>>Masters 1000 de Paris : Monfils peine face à Kecmanovic mais passe

Le Grec Stefanos Tsitsipas sert contre l'Australien Alexei Popyrin, le 3 novembre au Masters 1000 de Paris-Bercy.
Photo : AFP/VNA/CVN

En soirée, le N°2 mondial Daniil Medvedev, tenant du trophée parisien et récent vainqueur de l'US Open, a entamé victorieusement cette édition 2021 aux dépens du Bélarusse Ilya Ivashka (46e) 7-5, 6-4. Comme le N°4 mondial Alexander Zverev face au Serbe Dusan Lajovic (34e) 6-3, 7-6 (7/5).

Tsitsipas aura passé moins d'une demi-heure sur le court parisien : mené 4 jeux à 2 par l'Australien Alexei Popyrin (71e) pour son entrée en lice, le finaliste du dernier Roland-Garros a rapidement dit stop, avec le Masters de fin de saison (14-21 novembre à Turin) en tête.

"J'ai un petit problème (au bras) depuis longtemps, et ça s'est aggravé ces dernières semaines. J'ai ressenti la douleur pendant le match et je ne voulais pas que ça empire", a-t-il expliqué, sans préciser davantage la nature de sa blessure.

"Je n'avais jamais abandonné un match de ma vie mais aujourd'hui, je suis obligé. Je dois faire attention en vue" du Masters, a poursuivi le Grec.

"Je vais faire tout mon possible pour récupérer et revenir à 100%. Ca fait très mal de ne pas pouvoir jouer au niveau auquel je voulais jouer, au niveau auquel on m'attend", a-t-il confié.

Sinner - Alcaraz, épisode 1 

La fatigue fréquemment ressentie en fin de saison, lui ne connaît pas : Alcaraz, 18 ans seulement et déjà 35e mondial - ce qui en fait le plus jeune joueur aussi haut classé depuis... Rafael Nadal en 2004 - s'est qualifié pour son premier huitième de finale en Masters 1000 en sortant victorieux 7-6 (7/1), 7-5, avec la manière de son duel 100% années 2000 avec l'Italien Jannik Sinner (20 ans). Sans doute le premier d'une longue série à venir entre deux des plus prometteurs talents du circuit.

L'Espagnol Carlos Alcaraz, le 2 novembre au Masters 1000 de Paris-Bercy.
Photo : AFP/VNA/CVN

Vainqueur de son premier trophée à Umag (Croatie) en juillet, récent quart-de-finaliste à l'US Open, et grimpé depuis le début de l'année des alentours de la 150e place mondiale aux portes du top 30, l'élève de l'ex-N°1 mondial et lauréat de Roland-Garros 2003 Juan Carlos Ferrero n'en finit pas d'impressionner.

"C'est ce genre de joueurs dont vous sentez qu'ils ont quelque chose de particulier, je l'ai su dès qu'on s'est joué en 2019 en Challenger", a salué Sinner.

"Il n'est plus question de parler d'âge tellement il est complet, c'est incroyable", a-t-il ajouté.

Alcaraz sera opposé à un des deux derniers Français en course, le jeune Hugo Gaston (103e, 21 ans), pour une place en quarts de finale.

Alerte pour Monfils 

Eliminé dès son entrée en lice, Sinner fait lui une très mauvaise opération : le tout nouveau pensionnaire du top 10 ne fait ainsi plus partie des huit premiers joueurs à la Race, le classement qui détermine les qualifiés pour le Masters de Turin, qui s'ouvre dans dix jours.

En huitième position à son arrivée à Paris, il a été doublé par le Polonais Hubert Hurkacz, qui s'est hissé en huitièmes de finale plus tôt dans la journée.

Avec Hurkacz et malgré tout Sinner, ils sont quatre à pouvoir encore prétendre à un des deux derniers sésames en jeu. En font aussi partie le Norvégien Casper Ruud et le Britannique Cameron Norrie, eux encore en lice comme le Polonais.

Sinner, lui, n'a plus son destin entre les mains, et son programme de la semaine prochaine s'en trouve en suspens : ira-t-il à Stockholm pour y gaspiller de précieux points ou jouera-t-il le Masters réservé aux jeunes joueurs à Milan ? Point d'interrogation.

Qualifié depuis la veille au soir pour les huitièmes de finale, Novak Djokovic, qui fait à Paris son retour à la compétition sept semaines après sa finale perdue à l'US Open, synonyme de rêve de Grand Chelem calendaire brisé, connaît désormais son deuxième adversaire de la semaine : il s'agit du N°1 français Gaël Monfils (22e). À moins que l'alerte musculaire à la jambe droite ressentie au début de son match contre son compatriote Adrian Mannarino (2-6, 7-6 (7/4), 6-2) ne l'en empêche.

"Déjà à 100%, je ne le bats pas, donc ce n'est pas à 60% que j'aurai une chance", a lancé le Parisien de 35 ans, qui devait passer une échographie dans la soirée.


AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Au revoir Diego Chula, un artiste talentueux et un amoureux du Vietnam