06/07/2018 16:32
La différence entre les "Diables Rouges" et la Seleçao? Le nombre d'étoiles sur leurs maillots, a rappelé jeudi 5 juillet Roberto Martinez, le sélectionneur de la Belgique, meilleure attaque du Mondial-2018 qui espère faire chuter le Brésil vendredi 6 juillet en quarts de finale.
>>Mondial-2018/France - Uruguay: l'Argentin Pitana au sifflet
>>Mondial-2018: la Belgique bat le Japon et rejoint le Brésil en quarts de finale

La Belgique est la meilleure attaque avec 12 buts inscrits en 4 matches du Mondial-2018.
Photo: EPA/VNA/CVN

La "génération dorée" de la Belgique part-elle favorite face au Brésil ? "Les deux équipes sont similaires du point de vue des points forts. On a beaucoup de talents mais la différence est qu'on n'a pas gagné une seule Coupe du monde. C'est aussi simple que ça", a voulu tempérer Roberto Martinez, jeudi 5 juillet lors de la conférence de presse d'avant-match. 

"Quand vous entrez en lice dans un tournoi que vous avez déjà gagné, vous avez déjà un avantage sur votre adversaire. Le Brésil a une attente et en plus ils savent comment gagner un Mondial. Il faudra être une équipe qui respecte le Brésil pour ce qu'ils ont réalisé. Mais cela ne veut pas dire que nous n'allons pas essayé de gagner", ajouté le technicien espagnol.

Si la Belgique est la meilleure attaque avec 12 buts inscrits en 4 matches, son meilleur parcours en Coupe du monde se limite à une 4e place lors de la Coupe du monde 1986. En face, le Brésil est la nation la plus titrée de l'histoire avec cinq sacres (1958, 1962, 1970, 1994, 2002).

"Si avez un match à faire dans une Coupe du monde, c'est contre le Brésil. Ce pays mérite tous les adjectifs liés au football, en terme d'émotion, d'attitude de battant sur le terrain, de gagne... Il faudra faire du mieux qu'on peut", a encore salué Roberto Martinez, sans pour autant s'avouer vaincu d'avance.

Car en cas de victoire, la Belgique pourrait passer de statut d'outsider à grandissime favori de la compétition, étant donné que l'Allemagne et l'Espagne sont déjà éliminés.

"C'est vrai que c'est une grande occasion, mais on a travaillé tellement dur pour en arriver là. Mais maintenant on est plus à l'aise, on a montré une attitude contre le Japon (victoire 3-2 après avoir été mené de deux buts, NDLR) que peu peuvent montrer. Les signes sont là, on voit un authentique désir de victoire", s'est félicité Martinez.

APS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante