25/12/2017 13:36
Marrakech, ville locomotive de l’attractivité du Maroc, est la première destination nationale en termes de nuitées touristiques. Elle a fait l’objet de plusieurs distinctions, les autorités locales travaillant même sur une définition de la marque Marrakech.
>>Marrakech, la première ville touristique du Maroc
>>Terres d’Amanar, un concept unique de tourisme d’aventure à Marrakech-Safi
>>Le musée Aman, une histoire de l’eau
>>Une rue, deux sites

Fadwa Chbani Idrissi, déléguée régionale du tourisme à Marrakech.

À Marrakech, capitale de la région de Marrakech-Safi, située dans le Centre du Maroc, la couleur ocre domine. L’ocre, c’est la couleur des murs, des murailles, des remparts, des monuments historiques, des maisons en pisé… L’ocre, c’est la couleur entière de Marrakech, la ville impériale et le cœur historique du Maroc. D’où son surnom de "ville ocre" ou de "ville rouge". "C’est la couleur la plus proche de la terre et des gens de Marrakech", a expliqué Rachid Amillat, chargé de communication au Conseil régional de Marrakech-Safi.

Marrakech, c’est un territoire aux mille nuances. Outre l’ocre dominant, la ville projette également d’autres couleurs : le vert des palmiers et des jardins luxuriants, le bleu du ciel lumineux... Et aussi le "clip-clop" des sabots des chevaux transportant des touristes en calèche, les appels et éclats de voix dans les ruelles grouillantes de sa médina... Sons et couleurs qui véhiculent du sens, des histoires de la ville mythique du royaume. Marrakech, capitale culturelle, animera tous vos sens !

L’ocre, c’est la couleur entière de Marrakech, la ville impériale et le cœur historique du Maroc.

Une ville millénaire chargée d’histoire et de culture

Le nom de Marrakech vient du tamazight Mour qui signifie "pays" et Akouch qui veut dire "Dieu", ce qui donne "la terre de Dieu". Une autre étymologie donne l’interprétation de "terre de parcours".

Fondée au XIe siècle par les Almoravides, la ville a vu se succéder cinq dynasties qui ont fortement influencé son destin. Marrakech est divisée en deux parties distinctes : la ville historique (10 km d’enceinte) dans ses remparts, et la ville nouvelle avec les quartiers du Guéliz, de l’Hivernage et de l’avenue Mohammed VI. La plupart des endroits "incontournables" se trouvent dans l’enceinte de la ville ancienne. La Koutoubia, la place Jemaa el Fna et la Ménara sont les lieux symboliques de Marrakech.

La cité est doublement distinguée par l’UNESCO : sa médina (vieille ville historique) figure à l’inventaire du patrimoine mondial depuis 1985, et "L’espace culturel de la place Jemaa el-Fna" est inscrit au patrimoine culturel immatériel depuis 2008 (proclamation en 2001).

Pavillon de la Ménara.

"Marrakech abrite un nombre impressionnant de chefs-d’œuvre de l’architecture et de l’art (remparts et portes monumentales, mosquée de la Koutoubia, tombeaux saâdiens, ruines du palais Badiâ, palais Bahia, bassin et pavillon de la Ménara) dont chacun pourrait justifier, à lui seul, une reconnaissance de la valeur universelle exceptionnelle". C’est en ces termes que l’UNESCO a justifié le classement, en 1985, de la "ville ocre" patrimoine de l’humanité.

La place Jemaa el Fna, le cœur battant de la ville, doit sa célébrité à son espace, sa fréquentation et son ambiance. Piétonne, elle est un lieu de rencontres et de spectacles, avec échoppes et gargotes proposant à boire et à manger.

Pour trouver calme et paix, les jardins de la Ménara sont un lieu magique. Les Almohades y ont érigé un harmonieux pavillon au XIXe siècle, qui se reflète sur fond de Haut-Atlas dans un grand bassin d’eau entouré d’un vaste jardin planté d’oliviers.

Les Tombeaux Saâdiens sont une nécropole royale (du XIVe au XVIe siècle) avec colonnes de marbre d’Italie et coupole en bois de cèdre ouvragé.

Les Tombeaux Saâdiens sont une nécropole royale où sont inhumés les principaux monarques de la dynastie.

La palmeraie environnante, avec ses 14.000 ha et plus de 100.000 arbres, est l’occasion d’une agréable promenade en calèche.

Pour avoir une idée de la richesse de l’artisanat marrakchi et vous rendre compte du savoir-faire de ses artisans, un petit tour aux souks de la médina s’impose. Les souks - signifiant "marchés" en français - de Marrakech sont classés parmi les plus réputés du Maroc pour leur beauté, leur envergure, leur diversité et l’ambiance extrêmement vivante qui y règne. On y trouve de tout : artisanat, maroquinerie, babouches, tapis, poteries, épices, bijoux, cuivres, teinturiers, vêtements et bien plus encore.

Bezzari Jad, né en 1964 à Marrakech, vend des épices marocaines au souk Loghzal Rahba Lakdima depuis les années 1980. Sa boutique regorge de plantes médicinales, pigments et savons naturels, crèmes de massage, huiles essentielles. "Les ventes varient en fonction des jours, mais ça marche plutôt bien en général. Il m’arrive à certaines périodes de gagner 1.000 dirhams (près de 90 euros) pour une journée", a-t-il confié. Une somme suffisante pour permettre à l’herboriste de nourrir depuis plus de 30 ans sa femme et leurs quatre enfants.

Une expérience à part

Fadwa Chbani Idrissi, déléguée régionale du tourisme à Marrakech.
"Marrakech peut se distinguer par rapport à toutes les autres destinations du Royaume par un positionnement unique. Elle est la seule qui ne passe plus par une destination monosegment, c’est-à-dire qui se repose sur un seul type de produit, mais multisegment", a indiqué Fadwa Chbani Idrissi, déléguée régionale du tourisme à Marrakech.

Il s’agit d’une ville "d’excellence" en termes de tourisme de congrès, de loisirs, golfique, médical... C’est aussi un lieu de découverte de la nature de l’arrière-pays avec lacs, montagnes et cascades.

Le produit de base ? Le tourisme culturel bien sûr, une évidence pour une ville millénaire comme Marrakech. "Aujourd’hui, Marrakech se positionne en tant que destination d’excellence sur le tourisme culturel. Déjà par la richesse de tous les monuments historiques dont elle dispose, et aussi par l’offre culturelle des musées", a-t-elle affirmé.

Effectivement, le tourisme est un secteur essentiel pour l’activité économique de Marrakech, avec environ 175.000 emplois directs. Sans oublier les emplois indirects qui se comptent en dizaines de milliers, notamment dans les secteurs de l’hôtellerie et de l’artisanat.

Marrakech dispose aujourd’hui d’une capacité d’accueil de 65.000 lits, de 230 hôtels, de 12 golfs, de 12 musées et d’un nombre impressionnant de restaurants, avec une gastronomie locale et internationale haut de gamme… Elle a attiré en 2016 environ deux millions de touristes dans ses hôtels.

Deux artistes jouant de la musique gnaoua (gnawa) au restaurant Dar Moha, dans la médina.

Il existe un type d’hébergement très spécial à Marrakech : les maisons d’hôte qui sont implantées au sein de la médina. "Nous avons 1.300 unités classées. C’est un style complètement à part. Il s’agit d’anciennes demeures qui ont été rénovées tout en gardant l’architecture traditionnelle marocaine de façon à recevoir la clientèle. Elles ont un standing complètement égal ou bien meilleur parfois aux hôtels que vous connaissez. Séjourner dans une de ces maisons d’hôte sera une expérience à part", a assuré Fadwa Chbani Idrissi.

Marrakech a fait l’objet de plusieurs distinctions ces dernières années, en tant que meilleure destination d’accueil, meilleure destination en Afrique... Il y a quelques années, TripAdvisor a placé la ville en tête des meilleures destinations avant Paris, Rome, Istanbul, etc. "Actuellement, l’Office national marocain du tourisme (ONMT) travaille sérieusement avec les différents acteurs régionaux pour définir une véritable marque pour la destination : la marque Marrakech" a-t-elle informé.

Texte et photos : Hông Nga/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Faites le plein d’oxygène au réservoir de Hoà Binh

De belles opportunités pour la promotion du tourisme à Ninh Binh Dans le cadre de l’Année nationale du tourisme 2020, qui sera organisée dans la province de Ninh Binh (Nord), une centaine d’activités culturelles et sportives intéressantes se dérouleront pendant toute l’année 2020, non seulement dans cette province mais encore de nombreuses autres localités du pays.