09/10/2021 15:15
L'oléoduc fendu qui a relâché des milliers de litres de pétrole brut sur la côte californienne a pu être endommagé voici des mois, voire un an, ont déclaré vendredi 8 octobre les enquêteurs.
>>Après la fuite sur un oléoduc californien, "Surf City" broie du noir
>>Marée noire : le gouverneur de Californie décrète l'état d'urgence
>>Course contre la montre en Californie pour contenir une marée noire

Les opérations de nettoyage se poursuivaient le 7 octobre sur la plage de Newport Beach (Californie) après la marée noire qui a touché les côtes au sud de Los Angeles.
Photo : AFP/VNA/CVN

Au total, 24 km de littoral entre Huntington Beach et Laguna Beach, célèbres plages du sud de Los Angeles connues autant pour leurs surfeurs que pour leurs dauphins, avaient dû être fermées au public après la découverte de cette marée noire le week-end dernier.

Des centaines de personnes ont été mobilisées pour nettoyer l'impact de cette pollution, provoquée par la déchirure d'un oléoduc passant à proximité.

Une inspection a révélé qu'il avait été traîné sur les fonds marins, jusqu'à une trentaine de mètres au point de déformation le plus important.

Ces dégâts ont vraisemblablement été causés par l'ancre d'un navire, mais lequel et quand ?

Une inspection de routine en octobre 2020

La présence d'organismes sous-marins poussant autour de la fissure de l'oléoduc a permis aux enquêteurs d'avoir une meilleure idée de la chronologie des événements.

Le stade de développement de ces organismes "a reculé la chronologie de nos investigations d'au moins plusieurs mois, voire un an", a expliqué lors d'une conférence de presse le capitaine des gardes-côtes Jason Neubauer.

Une inspection de routine avait été menée en octobre 2020 par l'opérateur de l'oléoduc, la société texane Amplify Energy, sans révéler de dégâts. "Nous allons donc étudier chaque mouvement de navire au-dessus de cet oléoduc et de son voisinage dans l'année écoulée", a précisé le capitaine Neubauer.

Ils étudieront aussi la possibilité que des navires ancrés dans la zone aient pu être délogés de leur mouillage lors d'une violente tempête en janvier dernier, faisant glisser l'ancre sur le fond, ou l'impact éventuels de récents séismes.

La date du début de la fuite de pétrole, signalée pour la première fois le 2 octobre, est également incertaine. Une légère fissure a pu s'agrandir avec le temps, pour atteindre la fente de 30 cm actuellement présente.

Sans se prononcer sur la cause du sinistre, le patron d'Amplify Energy, Martyn Willsher, avait souligné que l'oléoduc est un tube d'acier de 40 cm de diamètre recouvert de 2,5 cm de béton. "Ce n'est pas tous les jours qu'il se déplace de trente mètres", a-t-il insisté.

La fuite à l'origine de la marée noire s'est produite à proximité de la plateforme Elly, construite en 1980 pour traiter le brut extrait de dizaines de puits voisins.

La catastrophe a relancé le débat sur la présence de ces plateformes pétrolières à seulement quelques kilomètres des côtes.

Au total, 23 plateformes pétrolières et gazières sont installées dans les eaux fédérales en Californie du Sud.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les œuvres en galets uniques d’une jeune Hanoïenne

Un stupa centenaire révèle la culture de l’ethnie Lào Le stupa Muong Và, patrimoine culturel de 400 ans de la province montagneuse de Son La (Nord), a longtemps été considéré comme un chef-d’œuvre d’architecture reliant le passé au présent tout en défendant les valeurs spirituelles uniques.