02/11/2019 11:39
Dix ans depuis sa création en 2019, le marché des obligations gouvernementales a obtenu des résultats impressionnants. Constituant un moyen efficace de mobilisation de capitaux pour l’État, il contribue de manière significative au développement économique national.
>>L'Assemblée nationale discute du projet de loi sur la Bourse
>>Obligations gouvernementales : mobilisation de 4.000 milliards de dôngs

Le 24 septembre 2009, le marché des obligations d’État a été officiellement mis en service. En dix ans, il est devenu un important moyen de mobilisation de capitaux pour le développement du pays. Il est aussi un outil de gestion macroéconomique pour le gouvernement, en particulier en termes de politiques monétaires. “Il contribue également à renforcer la confiance du marché financier mondial envers le Vietnam”, a estimé Nguyên Thi Kim Oanh, présidente de l’Association du marché obligataire du Vietnam (VBMA).

Le marché des obligations gouvernementales est devenu un important moyen de mobilisation de capitaux pour le développement du pays.     
Photo : Lê Duc Hoanh/VNA/CVN
 
Plus de 180.000 milliards de dôngs mobilisés par an

Sur le marché primaire, en dix ans, plus de 1,8 million de milliards de dôngs ont été mobilisés par l’État afin de répondre aux besoins d’investissement et de développement économique du pays. Ce chiffre correspond à un montant moyen de plus de 180.000 milliards de dôngs par an, représentant 10,6% du capital total d’investissement social et 31% des investissements du secteur public en 2018. Pour cette mobilisation, 1.872 séances d’adjudications ont été organisées, le taux moyen de succès étant de 60% à 70% du volume total des offres.

Dix ans, ce n’est pas encore un long chemin, mais ce que le marché des obligations gouvernementales a réalisé est très impressionnant aux yeux des investisseurs vietnamiens et internationaux. En 2013, 2014, 2018 et 2019, il a été évalué par la Banque asiatique de développement (BAD) comme l’un des marchés affichant le taux de croissance le plus élevé en Asie de l’Est. Ces résultats encourageants s’expliquent principalement par la publication de nombreux textes constituant un cadre juridique complet pour les émissions, transactions et l’emploi des obligations gouvernementales en tant qu’outil de financement.

En dix ans, le taux d’intérêt des capitaux mobilisés des obligations gouvernementales a clairement baissé, de l’ordre de 4% à 6% par an, tous termes confondus, faisant économiser au Trésor public des milliers de milliards de dôngs d’intérêts et aidant activement à la régulation de la macroéconomie. Plus particulièrement, celui sur le délai de cinq ans a fortement baissé, passant de 10,49% en 2009 à 3,55% en 2019, et celui sur un délai de dix ans, de 9,7% à 4,35%. En revanche, le délai des obligations gouvernementales s’est de plus en plus prolongé, permettant, du point de vue de la gestion, d’abaisser la pression du remboursement des dettes à court terme et d’optimiser l’investissement.

Si en 2009, ces obligations n’étaient émises qu’avec quatre échéances de deux, trois, cinq et dix ans au maximum, dont celles à délai de cinq ans ou plus occupant seulement 15% du volume total des émissions,  maintenant, les durées sont plus diversifiées avec des obligations à 15, 20 et 30 ans, celles de dix ans et plus représentant 90% du total des émissions.

Sur le marché secondaire, les transactions des obligations d’État n’ont cessé d’augmenter en envergure, se rapprochant des pays dotés d’un tel marché développé dans la région et dans le monde. La liquidité des titres s’étant nettement améliorée, le montant moyen des transactions a dépassé 9.000 milliards de dôngs par séance en 2019, soit près de 24 fois plus qu’en 2009.

Nguyên Thi Kim Oanh, présidente la VBMA, a souligné l’importance de poursuivre la réorganisation des modalités d’activité du marché obligataire, de présenter de nouveaux produits, de développer les conditions et l’activité des fonds d’investissement, d’assurance et de retraite volontaire. Elle a aussi mentionné plusieurs mesures pour assurer l’effectivité et la durabilité de la croissance du marché, afin d’élever la confiance des investisseurs. Il s’agit notamment de renforcer la transparence et la prévention des risques.


Pour l’essor du marché

Le marché des obligations d’État est l’outil majeur du gouvernement pour mobiliser des capitaux. Il fait partie de ses politiques financières et monétaires, tout en permettant au Vietnam d’améliorer sa crédibilité sur les marchés financiers internationaux.

Selon le ministère des Finances, le marché obligataire aide le gouvernement à financer la majorité du déficit public. Il permet également à l’État d’investir dans de grands projets des secteurs des transports, de l’hydraulique, de la santé et de l’éducation.

D’après le Comité d’État de la Bourse, le marché des obligations gouvernementales, qui repose sur les principes de concurrence et de transparence, a aussi contribué à stabiliser les taux d’intérêt et à maîtriser l’inflation. Cependant, selon l’Association du marché obligataire du Vietnam, l’envergure de ce marché n’est pas encore à la hauteur de ses potentiels.

Afin de promouvoir son rôle et de mobiliser plus d’investisseurs, le gouvernement devrait poursuivre de manière constante sa politique de restructuration économique en privilégiant la stabilité des fondamentaux macroéconomiques et l’amélioration de la qualité de la croissance. Il faudrait par ailleurs renforcer la transparence de ce marché en optimisant la planification de l’emploi des capitaux et l’évaluation de l’efficience des projets bénéficiaires de ces fonds.

Thê Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Pour la première fois, le Vietnam a un jet privé desservant Côn Dao Le Six Senses Con Dao (de la province de Bà Ria - Vung Tàu), un ressort unique de cinq étoiles situé sur l'archipel de Côn Dao, a annoncé récemment la création d'un service d'aviation privé destiné à accueillir les voyageurs les plus exigeants du monde dans cet archipel.