12/10/2021 13:28
La chair à vif, les entrailles qui se vident, une chaleur éprouvante, et pourtant. Les concurrents du 35e Marathon des sables souffrent, parfois jusqu'à l'abandon, mais ceux qui vont au bout de chaque étape de cette longue aventure dans le Sahara, exultent.
>>Marathon de Chicago : l'Ethiopien Tura au finish, la Kényane Chepngetich dans un fauteuil
>>Chicago et Boston, deux marathons de prestige en deux jours

Des participants au Marathon des sables lors de la 35e édition de l'épreuve.
Photo : AFP/VNA/CVN 

"Mais qu'est-ce qu'il fait chaud ! C'est intenable. J'en pleure en marchant. Je suis épuisée, j'ai la tête qui tourne". Sixtine Morizot, une trentenaire parisienne, enfonce ses pieds dans le sable tant bien que mal. Il n'y a pas un souffle de vent.

Le soleil est accablant, elle vient de franchir le fameux Djebel El Otfal, point fort de la longue étape (92,5 km) du Marathon des sables, une course d'endurance extrême de 250 km sur 6 jours en totale autonomie.

Et cette année, les températures sont particulièrement élevées. Lors de la deuxième étape, il a fait 52oC. Un concurrent est décédé d'une crise cardiaque due à l'hyperthermie.

Au lendemain de ce drame, beaucoup ont lâché prise. Trente-cinq concurrents ont renoncé après 10 km. Sixtine Morizot, elle, s'accroche. D'autant qu'elle ne souffre pas des pieds. Une aubaine.

Au bivouac de la course, les podologues ne chôment pas. Petite musique d'ambiance histoire de rendre un tantinet supportable les injections d'éosine et la pose de pansements, et les coureurs allongés sur le dos tendent leur jambes vers leurs bienfaiteurs de la soirée pour leur présenter leurs pieds traumatisés.

Leurs visages se crispent, ils serrent les dents, parfois crient leur douleur et repartent en marchant, en refusant presque de poser leurs pieds sur le sol. Les ampoules peuvent tourner au cauchemar.

Frédéric Compagnon, médecin-chef à la tête d'une équipe de 45 personnes, vient juste de voir débarquer un homme dont la peau de la plante des pieds avait totalement disparue, laissant la chair à vif.

Jurassic Park 

Des participants à la 35e édition du Marathon des sables.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le plus compliqué à gérer pour le médecin, ce sont les abandons massifs.

"C'est particulier cette année, parce qu'il y a énormément d'abandons dont la cause principale était la déshydratation. Les températures sont élevées mais pas extrêmes. Il fait chaud et les gens n'étaient pas assez bien préparés. Il y a des +coups de chaleur d'exercice+, qui, associés aux températures élevées, provoquent aussi des hallucinations, voire des comas", souligne le médecin, qui recense neuf comas.

Alix Noblat, candidate du jeu télévisé Koh-Lanta, a perdu connaissance lors de la 3e étape. La jeune femme s'était littéralement vidée, comme presque la moitié du camp, en raison d'une épidémie de gastro qui s'est répandue comme une trainée de poudre.

Vomissements et diarrhées animent les nuits. "C'est Jurassic Park tellement on entend vomir !".

La nuit n'est pas encore tombée et il reste encore des concurrents attendus sur la ligne d'arrivée. Alors que l'élite - emmenée par les frères marocains El Morabity - boucle l'étape longue en quelque dix heures, il faut trois fois plus de temps pour les derniers, des amateurs accueillis comme des champions.

Christine Taieb et Valérie Angot franchissent en courant, main dans la main, la ligne de cette longue étape après plus de 31 heures passées dans le Sahara brûlant, ses paysages à perte de vue, entre sable et rocailles, avec de l'herbe à chameaux comme seul agrément.

Les deux femmes sont acclamées par une grande majorité des concurrents.

"Je ne le referai pas" 

"Je ne m'attendais pas à cet accueil !", dit tout sourire Christine Taieb, qui participe pour la première fois au Marathon des Sables... à 70 ans.

"Je suis une femme lambda, j'ai des kilos en trop, j'ai 70 balais, j'ai beaucoup bossé et même à 70 ans, on peut se faire plaisir. J'en ai bavé, mais je me sens très bien, j'ai envie d'aller danser ! Mais bon, je sais que je vais avoir un coup de mou quand je ferai ma petite lessive ce soir", confie Christine Taieb, suivie de Nadjib et de ses deux dromadaires, qui ont pour mission de fermer la course.

L'étape longue a laissé des traces dans les organismes. Sur les 672 coureurs de cette édition, 351 sont présents au départ de l'étape marathon. Sixtine Morizot, la Parisienne trentenaire, est pétillante.

"Au final, ce matin je suis en forme. C'est que le mental", dit cette chargée de clientèle dont c'est la première participation. "Et c'est ma dernière. C'est la course la plus dure de toute ma vie. Vraiment. J'ai accompli un truc, je suis venue pour me dépasser, repousser mes limites, le contrat est rempli, je ne le referai pas".
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Hô Chi Minh-Ville promeut ses atouts touristiques sur les plateformes en ligne Le 17e Festival du tourisme de Hô Chi Minh-Ville se déroule du 4 au 25 décembre avec de nombreuses activités organisées à la fois en présentiel et en ligne.