11/06/2022 14:26
Un atelier sur le boisement des mangroves dans le delta du Mékong a été co-organisé le 10 juin à Hanoï par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural (MADR), l'ambassade des Pays-Bas au Vietnam et la Banque asiatique de développement (BAD).

Les mangroves et la zone côtière du delta du Mékong sont dans un état de dégradation grave et la situation est très préoccupante. En effet, Trân Công Hung, un représentant du Conseil de gestion des projets forestiers (relevant du MADR) a donné quelques chiffres sur la situation actuelle, lors de l’atelier. La superficie totale des forêts côtières réparties dans 28 régions atteint 454.337 ha, comprenant 215.266 ha de forêts naturelles et 239.071 ha de forêts artificielles. Concernant le delta du Mékong, composé de sept provinces côtières, la superficie des forêts est actuellement de 120.364 ha au lieu des 211.285 ha souhaités.

Selon lui, cet écart significatif s’explique par plusieurs facteurs, le manque de sédiments en amont du fleuve Mékong (dû à l’extraction de sable et la création de barrages), l'occupation des sols dans la zone côtière qui pousse la digue vers le large, laissant trop peu de zone intertidale pour les mangroves, enfin, la mauvaise gestion de l'eau et la surexploitation des eaux souterraines entraînent des affaissement, quatre à cinq fois plus importants que l'élévation du niveau de la mer. 

Une ceinture de mangroves, partiellement ou entièrement aménagée permet d’atténuer bon nombre de ces problèmes, mais elle doit s’accompagner d’autres mesures pour les résoudre. Le fort développement de l'élevage de crevettes est une autre raison de la dégradation du delta du Mékong. La modernisation de la gestion de l'eau pourrait permettre de faire coexister cette activité avec une mangrove bien développée. De ce point de vue, il est clair qu'une approche holistique qui va au-delà de la seule restauration des mangroves est nécessaire pour permettre à ces mangroves de prospérer. Les problèmes d'extraction de sable et de sédiments, l'affaissement des terres et la restructuration de l'aquaculture ainsi que la gestion de la mangrove elle-même sont autant de défis qui nécessitent une approche à long terme, de la cohérence et de la persévérance, ajoute Trân Công Hung.

Cette approche à long terme est planifiée dans la décision N°120 datant de 2017, approuvant le projet "Protéger et développer les forêts dans les zones côtières pour répondre au changement climatique et promouvoir la croissance verte sur la période 2021-2030". La décision N°287, promulguée en 2022, prévoit quant à elle, "le développement de la région du delta du Mékong sur la période 2021-2030, à vision 2050" et sera ensuite mise en œuvre dans l’organisation de chaque province.

Coopération vietnamo-néerlandaise

Discutant des projets de coopération vietnamo-néerlandaise de ce domaine, Willem Schoustra, conseiller agricole de l'ambassade du Royaume des Pays-Bas au Vietnam, apprécie toujours la relation entre les Pays-Bas et le Vietnam et a fait savoir que les deux pays ont noué "une coopération depuis longtemps, notamment dans le delta du Mékong". Cette coopération a commencé dans le domaine de la gestion de l'eau, suivie par la planification du développement du delta du Mékong en 2013. Particulièrement, l'atelier d'aujourd'hui sur la plantation de mangroves dans le delta du Mékong en est un exemple, dans lequel les Pays-Bas fournissent une expertise technique permettant de trouver des solutions pour la protection côtière et l'aquaculture.

Il croit qu' il est nécessaire de "se coordonner plus étroitement" avec "les parties prenantes du delta du Mékong", y compris les partenaires internationaux, les autorités à tous les niveaux, le secteur privé, les instituts de recherche et les organisations sociales pour mettre en œuvre avec succès la stratégie de développement durable de cette région.

"Comme cela a été mentionné dans l'atelier d'aujourd'hui, si nous pouvons mettre en œuvre la plantation ou la restauration des mangroves, nous pouvons réduire les impacts du changement climatique. Parce que les mangroves peuvent absorber 4 à 5 fois plus de CO2 que les autres types de forêts", insiste le conseiller.

Projet de reboisement de mangroves

Forêt de protection côtière dans le district d'U Minh, province de Cà Mau (delta du Mékong). 
Photo : VNA/CVN

Le gouvernement des Pays-Bas et la Banque asiatique de développement (BAD) se sont engagés à soutenir le Vietnam dans le renforcement des zones côtières du delta du Mékong. Le MADR continue de développer actuellement le projet de "Restauration et gestion durable des forêts côtières dans le delta du Mékong pour accroître la résilience aux impacts du changement climatique". La dotation de ce projet est répartie dans cinq provinces côtières (Bac Liêu, Soc Trang, Trà Vinh, Bên Tre et Tiên Giang) pour la période 2023-2029, en vue d’obtenir des prêts de la BAD.

Le gouvernement néerlandais a chargé Royal HaskoningDHV d'aider le MADR et la BAD en contribuant aux premières étapes du développement du projet de reboisement des mangroves.

L’objectif de cette mission est de fournir un rapport technique sur les meilleures pratiques expérimentées à l’international avec un aperçu complet des facteurs de réussite et d'échec des projets de restauration des mangroves.

L’atelier a attiré plus de 50 participants issus du MADR, d’agences gouvernementales, des provinces côtières du delta du Mékong, et d'autres ministères concernés. Étaient également présents des représentants des principaux partenaires internationaux actifs dans le développement des mangroves dans la région, à savoir l'ambassade des Pays-Bas, la BAD, le Fonds mondial pour la nature (WWF), l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)…

À travers les allocutions d'experts et les discussions entre les décisionnaires au niveau central et local, aussi bien vietnamiens qu’internationaux, l'atelier vise également à intégrer le reboisement des mangroves dans la planification globale du delta du Mékong établie par le MADR. 

Diêu Thuy/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Préserver les métiers traditionnels des minorités ethniques

Hô Chi Minh-Ville introduit la culture locale dans ses activités touristiques Ces derniers temps, Hô Chi Minh-Ville a introduit la culture locale dans ses activités touristiques et considère cela comme l'une des stratégies pour promouvoir le tourisme de la ville. De nombreux districts et arrondissements lancent constamment de nouveaux produits pour stimuler le marché du tourisme de la ville.