13/06/2021 10:10
Bac Giang doit une nouvelle fois subir une flambée de cas de COVID-19, alors même que la saison des litchis, son produit phare, commence. Comment écouler dans ces conditions les 180.000 tonnes de fruits qui seront récoltées cette année ? Plusieurs scénarios ont été élaborés.
>>Quang Ninh soutient Bac Giang dans la vente de litchis
>>Le litchi "thiêu" du Vietnam à la conquête du marché européen
>>Bac Giang cherche à promouvoir l'écoulement des litchis

Effervescence lors de la saison du litchi dans le district de Luc Ngan de la province de Bac Giang (Nord). 

Le 26 mai, la province de Bac Giang (Nord) a envoyé par avion 20 tonnes de litchis vers le Japon. "Il s’agit du premier lot de cette saison exporté au Japon au milieu de l’épidémie, récompensant les efforts des autorités et des habitants locaux pour trouver des débouchés à leur produit phare", affirme un responsable de Bac Giang.

À l’heure actuelle, la province compte cinq entreprises ayant signé un contrat d’achat avec les paysans. Au 1er juin, plus de 17.000 tonnes de litchi de Bac Giang ont été écoulées au prix de 20.000 à 35.000 dôngs/kg.

Trois scénarios 

À la mi-mai, le Comité populaire de la province de Bac Giang a mis sur pied trois scénarios concernant l’écoulement des litchis.

Le premier fait l’hypothèse que la nouvelle vague épidémique de COVID-19 sera maîtrisée rapidement. Dans ce cas, les fruits pourront être vendus normalement comme les années précédentes. La production sera partagée en deux de manière quasiment égale : 50% pour le marché national et près de 50% pour l’exportation, la quantité restante pourra être séchée.

Le deuxième scénario est un peu plus pessimiste, estimant que la nouvelle vague va mettre plus de temps à se résorber. Dans ce cas, la province essayera d’écouler 130.000 tonnes (sur les 180.000 tonnes récoltées). La vente ciblera le marché domestique à 70% et moins de 30% de la production sera exportée. Le volume restant sera séché.

Le troisième scénario est le plus pessimiste. Il fait l’hypothèse que la pandémie touchera gravement la commercialisation des litchis. Dans ce cas, environ 90% de la production sera vendue sur le marché intérieur. Selon ce scénario, les autorités inviteront les producteurs à récolter le litchi de manière progressive (les fruits les plus mûrs en premier). La province les aidera aussi à installer de nouveaux séchoirs.

Litchi sans COVID 

La période de la récolte des litchis amène beaucoup de gens à travailler sur les quelque 15.450 ha de culture que compte Luc Ngan. Dans ce district, ce sont pas moins de 120.000 tonnes de fruits qui sont produites chaque année, soit une grande partie du volume total de la province.

Avec la recrudescence des cas de COVID-19, les mesures les plus strictes sont mises en œuvre pour éviter la transmission du virus pendant la période de la récolte.

Selon La Van Nam, président du Comité populaire de Luc Ngan, ce dernier a établi des points de contrôle dans les communes de Phuong Son, Quy Son, My A, qui sont les zones principales de culture. Là, la santé de chaque personne est vérifiée et il leur est demandé une déclaration médicale.

"Toutes les personnes de passage doivent faire la déclaration médicale et faire contrôler leur température corporelle. Si des cas s’avèrent suspects, nous les isolerons sur le champ et prélèverons des échantillons pour le test du COVID-19", explique Nguyên Thê Thi, vice-président du Comité populaire du district de Luc Ngan. Les commerçants et acheteurs doivent aussi déclarer clairement leurs informations au service de la surveillance de la maladie.

Enfin, une fois emballés, les lots de litchis seront pulvérisés de désinfectant et les consommateurs pourront lire sur l’étiquette des boites : "Litchi sans COVID-19".

Connexion avec l’étranger

Transformation de litchis frais avant d’être mis en boîte.

Pour faire face à la situation épidémique, la province a pris les devants très tôt en contactant les distributeurs afin de faciliter l’écoulement. C’est ce qu’explique le directeur du Service de l’industrie et du commerce de Bac Giang, Trân Quang Tân : "En mars, le Service a travaillé avec les centres commerciaux, les supermarchés tels que Mega Market, Aeon, Lotte et les grands marchés à Hanoï et à Hô Chi Minh-Ville. Ces distributeurs sont tombés d’accord avec la province pour faciliter l’écoulement des litchis".

Concernant les marchés à l’international, la province a collaboré avec les ambassades et bureaux de représentation du commerce du Vietnam en Australie, au Japon, à Singapour, en Chine, s’assurant ainsi que le litchi de Bac Giang pourra trouver preneur dans ces pays.

"Via les services consulaires du Vietnam en Chine, nous promouvons le litchi sur le site web Alibaba.com. En parallèle, nous maintenons la plateforme électronique (à l’adresse : vaithieu.net, ndlr)", souligne M. Tân.

Grâce au travail en amont réalisé par les autorités provinciales, le litchi de Bac Giang, son produit majeur, devrait trouver preneur et ce malgré la nouvelle vague d’infections à laquelle doit faire face le pays.
 
Texte et photos : My Anh - Viêt Hung/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.