12/09/2016 18:09
La Malaisie, l’Indonésie et les Philippines ont obtenu des résultats positifs en matière de coopération dans la lutte contre la criminalité transfrontalière.
>>Malaisie et Philippines coopèrent pour lutter contre la criminalité transfrontalière
>>Coopération contre la criminalité transnationale

Patrouille d'un hors-bord de la garde-côte malaisienne.
Photo : themalaymailonline

Selon le correspondant de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA en abréviation anglaise) en Malaisie, le ministre malaisien de la Défense, Hishammuddin Hussein, a affirmé que des percées avaient été obtenues grâce à l’accord de coopération tripartite du groupe mixte de travail. Ce mécanisme a été créé au mois de juillet dernier. Depuis, deux séances de travail ont été menées dans ce cadre.

Malaisie, Indonésie et Philippines ont ainsi convenu de créer une ligne de communication entre leurs centres de commandement maritime, qui permet des échanges et un partage d'informations de renseignement. Avec cet accord, ces trois pays peuvent assister rapidement les particuliers et les navires sinistrés dans les régions hors des limites frontalières de chaque pays respectif.

De plus, ces pays sont tombés d’accord sur la création de lignes maritimes et de couloirs de transport intermédiaire pour favoriser la navigation maritime de manière sécuritaire et la communication entre les bateaux de chaque pays via un guidage en mer.

La prochaine réunion des trois nations sur le thème de la coopération concernant la lutte contre la criminalité transfrontalière aura lieu à la fin de ce mois de septembre. C'est en effet à ce moment-là que leurs ministres de la Défense participeront à la conférence des ministres de la Défense États-Unis-ASEAN à Hawaï (États-Unis).

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.