01/10/2018 08:52
À peine 35% des 1,8 million d'électeurs macédoniens enregistrés se sont déplacés pour participer au référendum clé organisé dimanche 30 septembre sur le nom de leur pays, ont montré des résultats partiels. Ce taux de participation est très inférieur au seuil de 50% requis pour que les résultats du référendum soient légalement valides.
>>Les pays qui ont changé de nom
>>Référendum en Macédoine: le "oui" ou le désespoir

Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev après le référendum du 30 septembre. Photo: AFP/VNA/CVN

Le Premier ministre macédonien Zoran Zaev a en conséquence déclaré que son gouvernement allait demander un vote du parlement, et a appelé les parlementaires à ratifier les résultats du référendum portant sur le nouveau nom du pays. La question posée par le référendum était ainsi formulée: "Êtes-vous favorable à une candidature à l'UE et à l'OTAN, en acceptant l'accord passé entre la République de Macédoine et la République de Grèce ?".

Parmi les électeurs venus voter, 91 % ont voté "pour" et 6 % ont voté "contre" cette proposition, selon les dernières données publiées sur le site internet de la Commission électorale d'État macédonienne. Le nom officiel de la Macédoine aux Nations Unies est "Ancienne république yougoslave de Macédoine" (ARYM).

La Macédoine est cependant aussi le nom d'une province grecque, et la Grèce craint en conséquence que l'utilisation du même nom par son voisin septentrional ne conduise celui-ci à des revendications territoriales. Après plusieurs années de négociations par l'intermédiaire de l'ONU, les gouvernements de Grèce et de l'ARYM sont finalement parvenus au mois de juin à un accord visant à mettre fin à ce contentieux, qui durait depuis 1991.

En vertu de cet accord, signé le 17 juin par les deux gouvernements, le nouveau nom de l'ARYM deviendrait "République de Macédoine du Nord".

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vi Khê, le berceau de l’horticulture vietnamienne

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.