11/08/2019 08:26
Le Vietnam demeure une destination séduisante pour les investisseurs internationaux. L'attirance et le décaissement de l'investissement direct étranger sont toujours très actifs, constituant une base solide pour les fusions-acquisitions.
>>L’actionnarisation des entreprises étatiques dope le marché des M&A
>>De nombreux potentiels d’investissement doivent être exploités
>>Les fusions et acquisitions augmentent

Selon le vice-ministre du Plan et de l’Investissement, Vo Thành Thông, la première opération de fusion-acquisition (M&A) au Vietnam remonte à l’an 2000. Depuis, ces activités ont connu un développement rapide grâce à l’ouverture du marché domestique et au perfectionnement du système juridique.

Jusqu’à ce jour, ces opérations ont atteint près de 50 milliards de dollars. L’an dernier, elles ont représenté 7,64 milliards. Cette année, ce chiffre devrait atteindre 6,7 milliards de dollars. Cependant, au premier semestre, les transactions ont été de seulement 1,9 milliard, soit 53% du montant de la même période de 2018.


Le Vietnam, une destination dynamique

Dans le même temps, la valeur des contrats de fusion-acquisition entre les sociétés vietnamiennes et étrangères a atteint 2,64 milliards de dollars, selon un rapport du ministère du Plan et de l’Investissement.

D’après le rapport sur les fusions et acquisitions en Asie-Pacifique en 2019, les perspectives globales de l’économie vietnamienne devraient rester positives cette année. Le pays demeurera donc l’une des destinations d’investissement les plus attrayantes en Asie du Sud-Est, grâce à sa forte croissance économique, à son grand marché de consommation et à sa position en tant que centre de fabrication. République de Corée, Hongkong (Chine), Singapour et Japon sont à présent les quatre plus importants investisseurs étrangers impliqués dans les activités de fusions-acquisitions. Selon des experts, ces prochaines années, ces opérations continueront de se multiplier avec la participation de nombreux investisseurs étrangers, notamment du Japon, de République de Corée, de Thaïlande et de Chine.

Selon le rapport sur les fusions et acquisitions sur le marché vietnamien 2018-2019 réalisé par le Forum des M&A du Vietnam (MAF), dans le Top 10 des plus importantes opérations de M&A, les investisseurs sud-coréens jouent un rôle dominant. D’après l’Association coréenne d’investissement financier (KOFIA), jusqu’en mai 2019, les caisses financières de la République de Corée ont placé 3,5 milliards de dollars au Vietnam, soit 13 fois plus qu’il y a quatre ans.

En mars dernier, SK Group a acquis 6,1% du capital du vietnamien Vingroup pour un milliard de dollars. En septembre 2018, ce groupe sud-coréen avait aussi débouser 470 millions de dollars pour s’offrir près de 110 millions d’actions du vietnamien Masan Group, soit une participation de 9,5%. SK Group a également fait part de son intention d’acheter plus d’actions de PetroVietnam Oil Corporation (PVOIL) après en avoir acquis 3,55 millions en 2018. Début 2019, Shinhanbank a racheté totalement la Société financière Prudential Vietnam, d’une valeur de 151 millions de dollars. Outre les investisseurs sud-coréens, les Japonais figurent aussi parmi les plus actifs au Vietnam. En 2018, ils ont effectué 585 transactions à travers des apports en capital social et des achats d’actions et réalisé 430 projets d’investissement. On peut citer notamment la Société de production commerciale Mitsui&Co, qui a convenu d’acquérir 35,1% du capital du vietnamien Minh Phu Seafood. Dans le même temps, la Sarl de produits pharmaceutiques Taisho a acquis pour 3.400 milliards de dôngs (environ 147,8 millions de dollars) près de 67% du capital du vietnamien DHG Pharmaceutical.

Depuis un an, des investisseurs japonais ne cessent d’élargir les opérations de M&A vers l’immobilier. Le groupe Sumitomo et le vietnamien BRG ont reçu la licence pour développer un complexe urbain à Dông Anh, en banlieue de Hanoï, d’un coût de 4,14 milliards de dollars. Des caisses financières du Japon s’y sont également massivement ruées comme Creed Group, Mitsubishi, Sanyo Homes, Daiwa House Group. 

Les M&A sont utilisées par les entreprises comme un accélérateur de croissance.
Photo: VNA/CVN

Opportunités pour les investisseurs étrangers

Une série d’opérations de M&A dans ce secteur se déroulent entre entreprises vietnamiennes et partenaires japonais: Phat Dat et Samty Asia Investments Pte.Ltd, Nam Long et Hanlyu Hanshin Properties, Nam Long et Nishi Nippon Railroad Creed Group. Selon le rapport sur les M&A en Asie-Pacifique en 2019, le fait que les investisseurs étrangers achètent une entreprise existante au Vietnam est un moyen plus rapide d’approcher ce marché.

"Les activités de M&A sont devenues un canal d’investissement attractif et un facteur important pour promouvoir la restructuration et l’amélioration de l’efficacité et de la compétitivité de l’économie en général, et des entreprises en particulier", a estimé le ministre vietnamien du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung. Le Vietnam est situé en Asie du Sud-Est, l’une des quatre régions les plus dynamiques du monde. De plus, sa population jeune et ses nombreux autres atouts en termes de situation géographique et de politiques d’investissement direct étranger font du pays une destination très favorable pour les investisseurs étrangers. Outre ceux-ci, les entreprises nationales contribuent aussi considérablement aux opérations de fusion-acquisition.

Cependant, aux yeux de certains investisseurs, bien que ce marché ait été plutôt actif, le long processus d’approbation réglementaire des investissements dans ces activités a entraîné des retards dans le transfert de propriété, d’où des coûts plus élevés pour les investisseurs. Ces derniers sont aussi freinés par le cadre juridique ainsi que par l’impossibilité d’acquérir une participation majoritaire et le manque d’informations sur les entreprises publiques. Aussi, pour dynamiser le marché des fusions-acquisitions, l’amélioration du couloir juridique s’avère-t-elle nécessaire.

Selon le ministre Nguyên Chi Dung, le gouvernement vietnamien a continuellement réformé ses institutions politiques pour attirer davantage d’investissements et d’opérations de M&A. Plus précisément, le système juridique relatif aux investisseurs a été constamment amélioré, notamment les lois sur l’investissement, les entreprises, les valeurs mobilières et de nombreuses autres lois spécialisées, établissant un cadre juridique uniforme et facilitant le développement du marché des M&A. En outre, ces dernières années, le gouvernement a promu  l’actionnarisation des entreprises publiques. Au Vietnam, les fusions-acquisitions jouent un rôle important dans la restruc-turation de l’économie. Et inversement, le processus de restructuration économique crée également de nombreuses oppor-tunités de fusions et acquisitions pour toutes les entreprises nationales et étrangères.

Afin d’assurer le succès des M&A, et plus largement les activités d’investissement, de production et d’affaires, le gouvernement accorde la priorité au maintien de la stabilité macroéconomique, au renforcement du système juridique, à l’accélération de la simplification du droit des affaires, pour garantir un cadre aux institutions économiques et protéger les intérêts légitimes des investisseurs. Selon les prévisions des experts, au cours des cinq prochaines années, les secteurs les plus actifs pour les affaires de M&A seront ceux de la santé, des télécommunications, des services financiers, des biens de consommation, des technologies et des produits pharmaceutiques.

Thê Linh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans