05/06/2019 07:17
Emballages en plastique et autres ordures envahissent les plages de Dà Nang où un grand nombre de touristes se prélassent au soleil et se baignent. Consciente de la situation, la ville multiplie les initiatives pour lutter contre ce fléau.
>>Hô Chi Minh-Ville veut participer aux réseaux de recyclage du plastique
>>Pour changer les habitudes de consommation du plastique
>>Colloque international sur la gestion des déchets solides

Le gros gobie-poubelle installé sur la plage de My Khê à Dà Nang (Centre).

Ne soyez pas surpris si, en allant vous baigner à Dà Nang (Centre), vous tombiez nez à nez avec une poubelle géante en forme de…poisson. Portant le slogan “Donnez à manger au gobie, pas à la mer!”, cette poubelle singulière, fabriquée à base de bambou et de filet, attire l’attention d’un grand nombre de touristes… S’incrivant dans le projet “Goby”, elle permet de ramasser les déchets, notamment plastiques, mais également de sensibiliser la population au problème de la pollution marine.

Selon Nguyên Duc Vu, chef du Comité de gestion de la péninsule de Son Trà et des plages de Dà Nang, c’est en témoignant de la situation de plus en plus critique de la pollution des plages que Sarah Field, enseignante d’anglais vivant à Dà Nang, a fait la demande de réaliser le “Goby”.

Ce projet se trouve dans un contexte de mouvement global de protection de l’environnement par le biais, notamment, d’une diminution des ordures et de l’utilisation des matériaux respectueux de la nature.

“C’est à l’issue du mouvement anti-déchets plastiques dans le monde que nous avons élaboré ce projet afin de motiver les comportements et habitudes écologiques des habitants”, partage Sarah Field. Pour le mener à bien, l’enseignante a travaillé en collaboration avec le Comité de gestion de la péninsule de Son Trà et des plages de Dà Nang, au recrutement des volontaires notamment, qui sont pour la plupart des enseignants étrangers et des étudiants locaux.

Conscientes de la portée significative du projet pour l’environnement de la ville et du littoral en particulier, de nombreuses écoles maternelles et compagnies locales y ont participé. “En dehors de sa dimension +verte+, ce projet représente également une occasion pour les habitants et les touristes de travailler ensemble pour le bien de la communauté”, confie Hoàng Phuc Lâm, conseiller du projet. Avant d’ajouter: “Après le succès de +Goby+, nous avons réalisé d’autres projets similaires sur les autres plages de Dà Nang”.

En effet, la présence de ce poisson géant, presque burtonien, sur les plages de la ville, a attiré l’attention de nombreux habitants et touristes. Et cela marche plutôt bien! Le ventre de la bête est rempli de déchets plastiques en tout genre.

“Au lieu d’une simple poubelle ou d’un sac plastique standard, le gobie laisse une impression forte et nous incite à ne pas jeter n’importe où les ordures, notamment chez les plus jeunes”, estime Hà Thu Thuy, une touriste.

Avec plusieurs milliers de touristes se rendant à Dà Nang chaque jour, la ville doit faire face au fléau engendré par les ordures plastiques. C’est la raison pour laquelle, en dehors de l’élargissement du projet “Goby” à toutes les plages de Dà Nang, le Comité de gestion de la péninsule de Son Trà et des plages de la ville a décidé, de concert avec les volontaires, de ramasser les ordures du littoral après chaque pluie torrentielle. L’optique étant également de sensibiliser les habitants locaux, les touristes mais surtout les commerçants.

En outre, des expositions de photos sur les catastrophes engendrées par les déchets plastiques pour l’environnement marin ainsi que la confection de produits artisanaux utiles et respectueux de l’environnement contribueront à cette sensibilisation. 

Engagement des jeunes

Ramassage des ordures sur une plage de Dà Nang.

Comme d’habitude, chaque semaine, Nguyên Thi Thanh Thanh et ses amis, en 2e année de l’Université d’économie de Dà Nang, apportent leurs bouteilles en plastique à un point de collecte pour l’achat de bouteilles en verre à bon prix. Il s’agit d’une initiative dans le cadre du projet communautaire appelé “Vol 71”, mis en place en 2018 par l’Organisation de la jeunesse communiste de l’Université d’économie de Dà Nang.  

D’après Dang Van Hiêu, secrétaire adjoint de cette organisation, ce modèle, établi depuis le début de l’année, a attiré un grand nombre d’étudiants. Jusqu’à maintenant, 300 bouteilles en verre ont été vendues. “Avec 10 bouteilles en plastique, les étudiants bénéficient d’une réduction de 10% pour l’achat d’une bouteille en verre. Logique qui suit le slogan +Diminution des produits plastiques+”, déclare Dang Van Hiêu. L’argent collecté par le projet “Vol 71” sera réservé aux élèves démunis de l’école.

Nguyên Duy Minh, secrétaire de l’Organisation municipale de la jeunesse communiste, informe qu’à l’occasion du Mois de la jeunesse 2019 (mars), une série d’activités sur la protection de l’environnement et l’embellissement urbain ont été mises en place, telles que la plantation de 100 badamiers le long des chemins vicinaux à Hoà Vang et de 1.000 filaos dans le secteur maritime de Nguyên Tât Thành.

“Dà Nang s’orientera toujours vers une ville touristique et verte. Les jeunes d’ici sont on ne peut plus investis dans la protection de l’environnement”, affirme Nguyên Duy Minh.  
Texte et photos: Huong Linh - Lê lâm/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les potentiels pour développer le théier à Hoàng Su Phi

Balade vivifiante à la cascade de Pac Sui En se rendant pour la première fois dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, difficile de ne pas s’émerveiller devant le spectacle de la chute d’eau de Pac Sui.