19/02/2019 17:15
Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) a appelé lundi 18 février le gouvernement de la République centrafricaine (RCA) et 14 groupes armés à traduire leur accord de paix en actions concrètes pour les enfants.
>>L'UNICEF appelle à aider 13,5 millions d'enfants africains déracinés
>>L'UNICEF appelle à protéger les 3.000 enfants de Guatemala
>>Près de 80 adolescents par jour mourront du sida d'ici 2030 à travers le monde (UNICEF)

Des enfants centrafricains déplacés par les violences suivent un cours dans une salle de classe située sur un site de la MINUSCA. Photo: UNICEF/CVN

"L'accord de paix signé par le gouvernement centrafricain et les autres parties au conflit est une avancée bienvenue vers une paix durable et l'espoir d'un avenir meilleur pour les enfants du pays", a déclaré la directrice exécutive de l'UNICEF, Henrietta Fore, dans un communiqué de presse publié lundi 18 février. Cet accord de paix a été signé le 6 février par le gouvernement centrafricain et les 14 groupes armés reconnus après dix jours de négociations, à Khartoum, au Soudan, sous l'égide de l'Union africaine et avec l'appui des Nations unies.

La cheffe de l'UNICEF s'est en particulier félicitée "des engagements pris en faveur de la protection des droits des enfants et de la fin des violations graves contre les enfants". Mais, selon elle, "ces engagements ne suffisent pas". "Pendant trop longtemps, la violence, l'instabilité et le sous-développement chronique ont dévasté la vie des enfants en République centrafricaine. Les deux tiers des enfants ont besoin d'une aide humanitaire, un sur quatre est déplacé ou vit en tant que réfugié et des millions sont déscolarisés, mal nourris et exposés aux maladies, aux abus et à l'exploitation", a rappelé Mme Fore.

"Des mesures concrètes peuvent aider à concrétiser l'accord de paix pour les enfants", a souligné la directrice générale de l'UNICEF, en suggérant que toutes les parties au conflit prennent des mesures pour libérer tous les enfants associés aux groupes armés. "Le système judiciaire devrait traiter les enfants arrêtés ou détenus en raison de leur association avec des groupes armés d'abord comme des enfants et des victimes, et devrait veiller à ce que leurs droits soient respectés", a-t-elle ajouté. Mme Fore a par ailleurs déclaré que l'UNICEF était prête à appuyer les efforts nationaux visant à aider les enfants touchés par le conflit et a souhaité que l'accord de paix constitue une étape fondamentale sur la voie d'une paix durable pour les enfants du pays.

Xinhua/VNA/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam