20/10/2017 18:12
L'Union européenne a affiché jeudi 19 octobre un soutien clair au gouvernement espagnol sur la crise catalane, affirmant qu'il n'existait "pas d'espace pour une intervention" de sa part, contrairement à ce que réclament les indépendantistes.

>>Catalogne : les Espagnols appelés à descendre dans la rue
 

Le président français Emmanuel Macron (gaudhe) et le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy à Bruxelles le 19 octobre. Photo : AFP/VNA/CVN


"On ne va pas vous cacher que la situation est préoccupante", a déclaré le président du Conseil européen Donald Tusk lors d'un sommet des dirigeants de l'UE à Bruxelles.

"Mais il n'y a pas de place, pas d'espace pour une médiation, une initiative ou une action internationales", a insisté M. Tusk, appuyant ainsi fortement la position de Madrid.

Un peu plus tôt, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron avaient eux aussi soutenu le gouvernement espagnol, tandis que leur homologue belge Charles Michel appelait à une "désescalade" en Espagne.

Madrid veut éviter que la question catalane ne soit traitée dans le cadre européen et les institutions européennes ont pour l'heure toujours considéré qu'il s'agissait d'une "affaire intérieure" espagnole.

Le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy, qui s'apprête à suspendre l'autonomie de la région, est arrivé sans un mot au sommet.

Il n'a pas non plus évoqué le sujet jeudi après-midi devant ses pairs, selon des sources diplomatiques.

La grave crise née du référendum d'autodétermination du 1er octobre, interdit par la justice et le gouvernement espagnols, ne figure pas à l'agenda du sommet, mais elle occupe tous les esprits.

"Nous soutenons la position du gouvernement espagnol (...) Nous espérons aussi que des solutions pourront être trouvées sur la base de la Constitution espagnole", a déclaré Mme Merkel en arrivant à Bruxelles.

Les dirigeants européens vont "envoyer" un "message d'unité autour de l'Espagne", a dit M. Macron, qui a rencontré M. Rajoy en fin d'après-midi. La Catalogne n'a pas été évoquée au cours de l'entretien consacré, selon les deux parties, à la question du travail détaché.

De leur côté, les chefs de gouvernement belge et luxembourgeois, Charles Michel et Xavier Bettel, ont préféré insister sur un appel au dialogue entre Madrid et les indépendantistes catalans.

Malgré les protestations espagnoles, MM. Michel et Bettel ont rappelé qu'à leurs yeux, "la violence n'est pas une réponse", une condamnation à peine voilée des violences policières qui ont émaillé le vote interdit du 1er octobre.

"Qui peut valider la violence, d'où quelle vienne? Personne!", a lancé le Premier ministre belge, qui a démenti de supposées tensions avec Madrid dont la presse s'est fait l'écho.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Début de la fête printanière de Yên Tu La fête printanière de Yên Tu a été inaugurée dimanche 25 février dans la ville d'Uông Bi, débutant les festivités folkloriques printanières dans la province de Quang Ninh (Nord-Est).