26/05/2022 18:45
L’UE doit rester unie concernant l’introduction d’un embargo sur le pétrole russe, une solution est encore possible. C’est ce qu’a déclaré ce jeudi 26 mai le vice-chancelier et ministre fédéral allemand de l’Économie et du Climat, Robert Habeck, à Berlin.
>>L'UE ne parvient pas à trouver d'accord sur un embargo pétrolier contre la Russie
>>Le pétrole en hausse après une chute de la production libyenne
>>Nucléaire : l'Iran met en garde l'UE contre de nouvelles sanctions

Le vice-chancelier et ministre fédéral allemand de l’Économie et du Climat, Robert Habeck.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Bien sûr, c’est possible (l’introduction d’un embargo, ndlr)", a-t-il noté. "Les problèmes sont évidents : les différents pays ont des situations différentes en matière d’approvisionnement énergétique." "Tous les pays doivent faire des efforts et réduire leur dépendance, cela concerne également la Hongrie", a ajouté le ministre.

Robert Habeck a rappelé qu’un sommet extraordinaire de l’UE devrait se tenir du 30 au 31 mai. Les jours restants sont "un couloir de temps, où il sera clair s’il y aura une solution ou si d’autres instruments doivent être envisagés".

Une source au gouvernement allemand avait fait savoir la veille qu’une discussion finale de l’embargo pétrolier ne figurait encore pas à l'ordre du jour de la réunion.

Les représentants européens ne parviennent pas à se mettre d'accord sur le sixième train de sanctions contre la Russie qui inclut également une proposition d’embargo sur le pétrole russe.

La Commission européenne a proposé de décréter un embargo sur le pétrole russe six mois après l’entrée en vigueur du sixième train de sanctions, et sur des produits pétroliers russes à partir de 2023. La Commission européenne a également proposé d’autoriser la Hongrie et la Slovaquie à continuer d’acheter du pétrole russe d’ici fin 2024.

Selon certaines sources, la Commission européenne a déjà dû assouplir certaines de ses restrictions concernant les délais et les conditions de l’embargo nucléaire aussi bien que prévoir certaines exceptions.

C’est la Hongrie qui s’oppose fermement à l’embargo sur le pétrole. Budapest est convaincu que le préjudice porté par cette mesure serait catastrophique pour l’Europe.

TASS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
GREAT, un programme australien en faveur des femmes minoritaires

Forte hausse des arrivées internationales au premier semestre En juin, le Vietnam a comptabilisé 236.700 arrivées internationales, soit une hausse de 36,8% sur un mois et de 32,9 fois par rapport à la même période de l’an dernier, selon l’Office général des statistiques.