16/10/2018 10:15
L'Union européenne (UE) comme le Royaume-Uni ont dit lundi 15 octobre croire encore possible de parvenir à un accord de divorce sur le Brexit malgré l'échec la veille de discussions qui devaient aboutir à une proposition d'accord en vue du conseil européen qui démarre mercredi 17 octobre.
>>Brexit: les négociations entre Londres et l'UE dans une impasse
>>Brexit: Theresa May face à une semaine délicate, potentiellement décisive

La Première ministre britannique Theresa May, le 3 octobre à Birmingham.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Je continue de penser qu'un accord négocié est ce qu'il y a de mieux pour le Royaume-Uni et l'UE, je continue de croire qu'un tel accord est réalisable", a déclaré la Première ministre britannique, Theresa May, devant la Chambre des Communes à Londres, à un peu plus de cinq mois de la date de sortie, le 29 mars.

"Nous ne pouvons pas laisser ce désaccord faire dérailler les perspectives d'un bon accord et nous laisser avec le résultat du non-accord que personne ne veut", a ajouté la dirigeante britannique, en référence à la question de la frontière irlandaise, sur laquelle buttent toujours les négociations.

Lors d'une rencontre avec des industriels à Berlin, la chancelière allemande, Angela Merkel, s'est voulue confiante, tout en soulignant la nécessité de préparer un potentiel échec des négociations. "Malheureusement, nous devons actuellement nous préparer à divers scénarios (...) Nous ne devons pas nous mettre la tête dans le sable et dire +tout finira par s'arranger+", a-t-elle averti.

"Nous avions bon espoir de sceller un accord de sortie mais, à l'heure actuelle, cela semble plus difficile en raison des problèmes qui entourent la question de l'Irlande et de l'Irlande du Nord. Nous voulons tous maintenir à l'avenir l'accord du Vendredi Saint, qui garantit l'absence de contrôles aux frontières entre les entités irlandaises", a-t-elle expliqué.

Le petit parti d'Irlande du Nord DUP, dont les dix députés sont nécessaires à Theresa May pour disposer d'une majorité absolue au Parlement et qui refuse tout statut spécial pour la province britannique, complique les arbitrages que Mme May va devoir faire.

"Je ne vois pas quel accord obtiendrait la majorité" lors d'un vote au Parlement, a déclaré lundi 15 octobre le porte-parole du DUP sur le Brexit, Sammy Wilson, au journal Belfast Newsletter. "Donc il est probablement inévitable que nous aboutissions à un scénario sans accord", a-t-il affirmé.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2020" couronné de succès

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.