04/04/2019 11:02
"Des routes sûres et légales permettront de réduire la pression du phénomène migratoire", a déclaré le président du Comité économique et social européen, Luca Jahier, à l'ouverture du 5e forum sur la migration qui se clôture jeudi 4 avril à Bruxelles.
>>Les Forces armées de Malte ont sauvé 87 migrants
>>Plus de 40.000 migrants rapatriés depuis 2015 de la Libye

Des migrants sauvés au large de la Méditerranée, le 2 août 2017.
Photo: AFP/VNA/CVN

Le 5e forum sur la migration a réuni les représentants d'organisations gouvernementales, non gouvernementales et de la société civile des 27 États membres de l'UE autour du thème: "De la gouvernance globale à la gouvernance locale, avec le rôle des autorités locales et la société civile".

Le président du Comité économique et social européen (CESE) a exprimé sa vive préoccupation quand au sort d'un grand nombre de réfugiés et autres migrants arrivant en Europe. Bien que ce nombre de migrants qui empruntent la voie irrégulière a considérablement diminué en 2018, comparé à 2015, ce taux reste toujours élevé.

Plus de 200 personnes sont mortes ou disparues pendant leur voyage au cours des 2 premiers mois de l'année 2019. Le président du CESE a rappelé que les possibilités d'arriver en Europe par les voies légales existent mais sont limitées.

Ces voies sûres et légales permettront de réduire le phénomène migratoire. C'est tout l'enjeu de ce 5e forum. Il a lancé un appel aux participants à réfléchir ensemble et à apporter leurs idées, leurs suggestions pour construire la politique européenne sur la migration.

Droits des migrants

"Pour mieux gérer les migrations vers l'Europe, nous devons être préparés à accueillir ces migrants. Nous devons travailler ensemble. Il nous faut une politique commune appuyée par tous les États membres. Il n'est pas acceptable que certains États s'exonèrent de leurs obligations vis-à-vis de loi sur la migration", a martelé le président du CESE.

Un appel a été lancé également à la société civile, à jouer pleinement son rôle dans l'amélioration de la situation des réfugiés. À quoi ressemblerait l'Europe sans la migration, a fait remarquer Luca Jahier.

L'industrie sera en déconfiture, la production agricole s'effondrerait, on aura pas assez de migrants pour travailler et produire, les systèmes de pensions ne seraient plus durables, la sécurité sociale s'effondrerait. D'où son appel à une Europe qui fait preuve de responsabilité et de solidarité, vis-à-vis des migrants.

Le commissaire de l'UE aux migrations et aux affaires intérieures, Dimitris Avramopoulos, a renchéri. Il a appelé les États membres, les organisations de la société civile à mieux informer les uns et les autres sur l'existence des droits des migrants. Tel est le cas de l'existence de la carte bleue ou même du permis de longue durée de résidence que beaucoup de migrants ignorent. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Universités francophones d'Asie-Pacifique au rendez-vous à Hô Chi Minh-Ville

Les maisons d'hôtes à Sa Pa attirent de plus en plus de visiteurs Afin de décharger le trop-plein de visiteurs du bourg de Sa Pa et d’améliorer les moyens de subsistance de la population locale, la province de Lào Cai (Nord) se concentre sur le développement de l’agritourisme.