14/09/2018 22:32
La côte atlantique américaine se préparait vendredi 14 septembre à subir de plein fouet l'impact de l'ouragan Florence qui, avec des pluies diluviennes poussées par des vents violents, menace de provoquer des inondations catastrophiques.
>>Alerte ouragan aux États-Unis à l'approche de la tempête tropicale Gordon
>>Les États-Unis touchés à leur tour par l'ouragan Nate
>>En route vers les États-Unis, la tempête Nate se transforme en ouragan

La pluie commence à tomber à Myrtle Beach, en Caroline du Sud, le 13 septembre, avant l'arrivée de l'ouragan Florence. Photo: AFP/VNA/CVN

L'ouragan reste dangereux même s'il a été rétrogradé en catégorie 1, sur l'échelle Saffir-Simpson qui en compte cinq, a averti le Centre national des ouragans (NHC). Avec des vents calculés à 150 km/h, à des niveaux très proches de la deuxième catégorie, l'œil du cyclone se trouvait à 95 km de Wilmington, en Caroline du Nord, à 23h00 locales (03h00 GMT vendredi 14 septembre) selon l'institut.

Dans cet État, plus de 150.000 foyers étaient privés d'électricité à la même heure, selon le service local de gestion des urgences. Les premières rafales de vent accompagnées de fortes pluies se sont abattues jeudi après-midi 13 septembre la ville portuaire de Wilmington, faisant vaciller les arbres et les feux tricolores suspendus. Presque une déception pour Matthew et Kevin Goricki, qui se promenaient torse nu dans les rues de la vieille ville où une poignée de bars sont restés ouverts dans la soirée. "Ce n'est pas aussi fort qu'annoncé", lance Matthew.

Florence se dirige vers la côte à 9 km/h et son oeil devrait atteindre le littoral vendredi 14 septembre où l'ouragan déchargera ses pluies torrentielles pendant de longues heures avant de s'enfoncer samedi 15 septembre à l'intérieur des terres, accentuant le risque d'inondations et de crues soudaines, selon le NHC.

"Pas trop gros"

"L'eau charriée quand il était de catégorie 4 est déjà en approche, la montée des eaux de 1,8 m à 2,7 m va arriver", a affirmé jeudi 13 septembre Steve Goldstein, responsable de l'Agence fédérale océanique et atmosphérique (NOAA), alors que les vagues portées par la marée ont commencé à submerger le rivage en soirée.

Un surfeur à Myrtle Beach, en Caroline du Sud, le 13 septembre à quelques heures de l'arrivée de l'ouragan Florence. Photo: AFP/VNA/CVN

"Le plus important, c'est l'eau, a-t-il souligné. La menace des vents s'est un peu éloignée mais cela reste un ouragan très dangereux et puissant". Environ 1,7 million de personnes ont été sommées de se mettre à l'abri, loin du littoral. À plusieurs centaines de kilomètres au sud, la célèbre station balnéaire de Myrtle Beach, en Caroline du Sud, s'est aussi transformée jeudi 13 septembre en ville-fantôme: rues désertes, stations-essence fermées et fenêtres calfeutrées. Sur l'immense plage, certains avaient même défié les éléments en surfant sur les premières grosses vagues amenées par l'ouragan. Mais des habitants ont ignoré les appels à évacuer la zone. Jeff Cunningham avait choisi de rester sur son bateau, amarré dans la marina de North Myrtle Beach.

"Je suis resté pour chaque ouragan depuis 20 ans, ça ne va pas être trop gros", a-t-il assuré jeudi soir 13 septembre. "J'ai tout le nécessaire, 200 gallons (750 litres) d'eau, un générateur... Et ici c'est le meilleur endroit", a-t-il dit. Un couvre-feu a été instauré, comme dans plusieurs autres localités de la côte atlantique et les autorités avaient appelé la population à évacuer dès mardi 11 septembre. Pour ceux qui n'ont pas voulu ou pu partir, plusieurs centres d'accueil ont été mis en place.

Des volontaires en renfort

Dans un refuge près de Myrtle Beach, Rebecca Cheledlik, une retraitée de 71 ans, se dit heureuse de rencontrer ses nouveaux voisins. "Pour moi, c'est comme une fête, je vis seule alors ça ressemble à des vacances", sourit-elle.


Une équipe de volontaires a fait le voyage depuis la Louisiane, victime de graves inondations en 2016, pour participer aux opérations de secours. "Nous sommes venus pour aider, pour faire dans d'autres régions ce que nous avons appris à faire quand la majorité de l'État a été inondé", a expliqué Rob Gaudet, l'un des fondateurs de l'association Cajun Navy. Selon le service national météorologique (NWS), environ 4,9 millions de personnes devraient subir des précipitations de plus de 25 cm dans les cinq prochains jours.  "Les inondations à l'intérieur des terres sont très meurtrières et c'est ce qui va arriver", a averti Brock Long, chef de l'Agence fédérale des situations d'urgence (Fema).

"L'infrastructure va être endommagée, le courant va être coupé, a-t-il poursuivi. Cela pourrait durer des jours, voire plusieurs semaines". Au total, entre un et trois millions d'usagers pourraient être victimes de coupures de courant dans les deux États de Caroline, a indiqué le fournisseur d'électricité Duke Energy, basé dans la région. Près de 3.000 électriciens de tout le pays étaient arrivés jeudi en renfort des 20.000 professionnels réquisitionnés pour rétablir le courant une fois le gros de la tempête passée, a indiqué la compagnie sur Twitter. Plus de 1.000 vols ont déjà été annulés en raison de l'ouragan, selon les médias américains.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’ancien ambassadeur de France et son amour spécial pour Hanoï

Bà Ria-Vung Tàu mise sur ses fêtes pour séduire plus Depuis 300 ans, la station balnéaire de Bà Ria-Vung Tàu occupe une place particulière dans le Sud du Vietnam. Dotée de paysages naturels exceptionnels et d’un riche patrimoine culturel et historique, le tourisme est un secteur économique majeur de cette province.