03/11/2019 09:32
Au Vietnam, Nguyên Hùng Cuong est très connu dans le milieu de l’origami. À la conquête d’un public international, ce jeune Hanoïen de 30 ans dépasse les frontières. Rencontre.
>>Le monde merveilleux de l’origami s’expose à Hanoï

L’origamiste vietnamien Nguyên Hùng Cuong et son œuvre "Gorilla".
Photo : CTV/CVN

Deuxième lauréat à l’OrigamiUSA Convention 2009, Nguyên Hùng Cuong est souvent l’invité d’honneur aux expositions internationales dédiées à l’art japonais du pliage du papier. Ses œuvres ont été présentées à l’exposition Origami Vietnam au musée Zaragoza en Espagne, organisée du 9 mars au 2 juin 2019 ; à Into the fold : the art and science of origami (Dans le pli : l’art et la science de l’origami), tenue du 19 mars 2018 au 3 janvier 2019 au Musée des sciences de l’Oklahoma, aux États-Unis.

Le jeune Vietnamien a fait parler de lui dans les médias américains. Ses créations ont été présentées dans plusieurs sites web d’information tels que HuffPost, ABC News, This is colossal... En particulier, sa performance sur un carré non découpé de papier froissé intitulée Gorilla (Gorille) constitua une prouesse très appréciée par le grand maître américain de l’origami Robert J. Lang. Ce dernier considéra cette œuvre marquée par "des lignes géométriques distinctes" comme l’une de ses deux préférées à l’OrigamiUSA Annual Convention 2009. 

L’environnement se plie en quatre

Lors de l’exposition Loài Plastic (Genre plastique), tenue du 13 au 15 septembre à Hô Chi Minh-Ville, portant sur le thème de la protection de l’environnement, Nguyên Hùng Cuong n’a pas arrêté de surprendre le public par sa créativité. "C’est la première fois que je crée des œuvres pour une exposition sur le thème de l’environnement. Il m’a fallu trois mois pour concevoir, plier et finaliser 13 modèles basés sur les images 2D proposées par le comité d’organisation", confie l’origamiste hanoïen.

Ses créations ont été présentées dans plusieurs sites web d’information tels que HuffPost, ABC News, This is colossal... Photo : CTV/CVN

Comme le veut la tradition, Hùng Cuong utilise du papier (confectionné à partir de l’écorce de Rhamnoneuron) pour ses créations. La plupart sont pliées chacune uniquement sur une feuille carrée, sans découpes ni collages. "J’admire vraiment le talent et le dévouement de Hùng Cuong. Nous lui avons donné des dessins 2D, puis nous avons reçu ses créations très vivantes, transmettant des valeurs fortes sur l’environnement", commente Pham Hông Ngoc, responsable de l’exposition Loài Plastic.

Hùng Cuong possède "plus de 200 modèles" dont les dessins et les formules sont sauvegardés précieusement sur son ordinateur. "L’origami, c’est presque impossible à répéter ou imiter. Si vous êtes vraiment créatif, ce que vous créez sera toujours différent des fois précédentes", affirme-t-il.

Parmi ses œuvres, Fly high, dreamers ! (Voler haut, les rêveurs !) est l’une de ses plus grandes fiertés. "Elle me satisfait le plus. Une main tenant une grue sur laquelle est assis un garçon avec aussi dans sa main droite une autre petite grue. Comme vous le savez, cet animal important pour le Japon est devenu un symbole de la paix, de la magie et de l’art du pliage du papier. L’œuvre a été présentée à l’exposition Paper Héro (Héros du papier) au musée Jaffa à Tel Aviv, en Israël, en 2017", raconte-t-il.

Une passion dévorante

Hùng Cuong a commencé la pratique de l’origami alors qu’il avait 6 ans. Sa mère lui avait acheté le livre Prehistoric origami de John Montroll, qui a fait de lui un passionné. Lorsqu’il a rejoint le Vietnam Origami Group (VOG) en 2004, il a eu l’occasion de rencontrer différents origamistes nationaux et étrangers. Parmi les plus renommés, il admire l’Américain Robert J. Lang avec son livre Origami Design Secrets qui l’a beaucoup inspiré.

L'œuvre "Fly high, dreamers !" (Voler haut, les rêveurs !).  Photo : CTV/CVN

"Ce que j’aime dans cet art, c’est que je peux tout faire à partir de simples morceaux de papier. Comme je ne suis pas doué avec les mots, j’utilise l’origami pour exprimer mes idées, comment je me sens et à quel point ce monde est beau", confie-t-il.

Diplômé de l’Université des sciences et technologies de Hanoï, Nguyên Hùng Cuong a travaillé pour une entreprise d’électronique et de télécommunications. Mais un an plus tard, il l’a quittée "pour pouvoir me consacrer entièrement à ma plus grande passion". Une décision mal accueillie par ses parents.

Les membres du VOG ne sont pas avares de compliments à son propos. "Pour moi, Nguyên Hùng Cuong est un prodige de l’origami. Quand il a rejoint le VOG, il était le plus jeune, mais il réalisait des œuvres que nous n’étions pas capables de faire. Lors des compétitions au sein de l’association, il remportait toujours le premier prix", estime Trân Trung Hiêu, membre du VOG à Hô Chi Minh-Ville.

Maintenant, sa passion lui permet d’en vivre. Le jeune homme a une clientèle composée de particuliers et d’entreprises qui lui passent commande régulièrement.

Linh Thao/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée de la campagne – un voyage dans la campagne d’autrefois

Investissement égyptien dans les services de voyage au Vietnam La Sarl Wanna Explore Travel, basée en Égypte, s’est vu remettre le certificat d’investissement pour exploiter des services de voyage, de circuits touristiques et autres services de soutien à la navigation aérienne au Vietnam.