17/12/2015 17:36
Le Conseil de sécurité de l'ONU doit adopter le 17 décembre une résolution qui a pour but de frapper les jihadistes du groupe État islamique (EI) au portefeuille en asséchant leurs sources de financement.
>>Le groupe EI au cœur du débat des candidats républicains à la Maison Blanche

Pour la première fois, ce sont les ministres des Finances des 15 pays du Conseil qui se réuniront. Une dizaine d'entre eux (États-Unis, France, Royaume uni, Espagne entre autres) ont confirmé leur participation, à partir de 15h00 locales (19h00 GMT).

La résolution, un texte technique de 28 pages mis au point conjointement par Washington et Moscou, cible directement l'EI et s'efforce de resserrer l'étau. "Nous avons déjà de nombreux outils à notre disposition mais il faut maintenant que les pays fassent ce qu'ils ont à faire", résume un diplomate.

Le Conseil de sécurité de l'ONU réuni à New York, le 10 décembre.
Photo : AFP/VNA/CVNc

La résolution demande aux pays "d'agir de manière énergique et décisive pour couper les fonds et autres ressources économiques" de l'EI, dont le pétrole et le trafic d'antiquités, et pour sanctionner "de manière plus active" les soutiens financiers du groupe.

Les pays sont invités à faire du financement du terrorisme "un grave crime dans leurs lois nationales" et à intensifier les échanges d'informations à ce sujet, y compris entre gouvernements et secteur privé.

Le Conseil avait adopté en février une première résolution permettant de sanctionner les individus ou entités qui financent l'EI en lui achetant du pétrole de contrebande ou des objets archéologiques volés en Syrie et en Irak.

Un comité de l'ONU est aussi chargé depuis quinze ans de geler les avoirs financiers de tous ceux qui financent des groupes liés à Al-Qaïda. Sa liste comprend déjà 243 individus et 74 entités.

Le comité sera rebaptisé "Comité des sanctions EI-Daech et Al-Qaïda". Chaque pays est censé remettre dans un délai de quatre mois un rapport sur les mesures qu'il aura prises pour appliquer la résolution.

L'ONU devra aussi produire dans les 45 jours un "rapport stratégique" sur la menace jihadiste et sur les sources de financement de l'EI.

'Pression internationale'

La résolution "demande à tous les pays de criminaliser pleinement le financement du terrorisme (..) même en l'absence de tout lien avec un acte terroriste précis", souligne Adam Szubin, haut responsable du Trésor américain.

Quand une banque détecte une transaction suspecte, celle-ci doit pouvoir être croisée avec des données sur les déplacements de suspects ou des informations de services de renseignement, explique-t-il.

Le ministre français des Finances, Michel Sapin, compte sur la "pression internationale" pour que tous les pays resserrent les mailles du filet.

Par l'intermédiaire du Groupe d'action financière (Gafi), organisme intergouvernemental basé à Paris, rappelle M. Sapin, "chaque pays sera soumis à un examen pour savoir s'il a bien pris toutes les mesures nécessaires".

Selon des experts, l'EI engrange 80 millions de dollars de revenus par mois dans les vastes territoires sous son contrôle en Syrie et en Irak.


AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Bientôt la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature se déroulera du 21 au 23 novembre dans le centre de la culture et des arts du Vietnam (N°2, rue Hoa Lu) à Hanoï.