24/12/2015 11:45
Le Conseil de sécurité de l'ONU a apporté son soutien le 23 décembre au gouvernement libyen d'union nationale prévu par un accord conclu la semaine dernière, dans l'espoir de contrer la montée du groupe État islamique (EI) dans ce pays et d'y juguler l'émigration vers l'Europe.
>>Signature sous l'égide de l'ONU d'un accord interlibyen contesté
>>La communauté internationale appelle à la fin des violences et à l'union en Libye

Le Conseil a adopté à l'unanimité une résolution qui "salue la signature le 17 décembre de l'accord politique libyen de Skhirat" (Maroc). Il a demandé aux pays membres d'aider le futur "gouvernement d'entente nationale" qui sera basé à Tripoli à restaurer la stabilité en Libye.

Pour l'ambassadeur britannique Matthew Rycroft, qui a présenté la résolution, le Conseil a donné ainsi "un signe fort de son engagement en faveur de la souveraineté, de l'intégrité territoriale et de l'unité" du pays.

Un homme agite le drapeau libyen, le 7 août à Benghazi.
Photo : AFP/VNA/CVN

Mais "ce n'est que le début d'un processus", a-t-il averti. Il a invité les factions libyennes qui n'ont pas encore signé l'accord à le faire et "à travailler avec le gouvernement d'union".

L'émissaire de l'ONU en Libye Martin Kobler a lui aussi répété à la presse que "la porte restait grande ouverte".

L'ambassadeur français François Delattre a affirmé que "la France, avec ses partenaires de l'Union européenne, prendra toute sa part" aux efforts pour soutenir le gouvernement libyen. Celui-ci, a-t-il averti, "sera très vite mis à l'épreuve par ceux qui veulent saper le processus".

Pour l'ambassadeur libyen à l'ONU Ibrahim Dabbashi, "cet accord est le seul espoir de restaurer l'autorité de l'Etat et d'éviter que la Libye ne disparaisse en tant qu'État souverain".

La résolution qualifie le gouvernement d'union de "seul gouvernement légitime de Libye" et le Conseil "se déclare résolu à l'appuyer".

Le texte demande au Conseil de la Présidence, créé par l'accord inter-libyen, de "s'employer dans un délai de 30 jours" à composer le nouveau cabinet et à mettre en place les "dispositions de sécurité" nécessaires.

Dès que ce gouvernement sera opérationnel, soulignent des diplomates, il pourra demander de l'aide pour combattre les jihadistes de l'EI, qui ont pris pied en Libye, et pour juguler l'émigration vers l'Europe à partir de ce pays.

"Nous allons coopérer étroitement avec le gouvernement d'union pour vaincre les groupes affiliés à l'EI en Libye et éliminer la menace qu'ils représentent pour notre sécurité collective", a promis l'ambassadrice américaine Samantha Power, qui préside le Conseil en décembre.

Mais selon M. Kobler, le gouvernement doit d'abord "organiser la lutte contre l'EI entre Libyens" avant de demander une aide étrangère.

"Besoin d'armes" contre l'EI

Profitant du chaos ambiant, l'EI a établi une tête de pont sur la côte libyenne, notamment dans la région de Syrte, à 450 km à l'Est de Tripoli, et compte de 2.000 à 3.000 combattants locaux ou étrangers. Les Occidentaux s'inquiètent de la montée en puissance du groupe, qui contrôle déjà de vastes pans des territoires syriens et irakiens.

Le vice-président du Congrès général national libyen Saleh al-Makhzoum (2e à droite), le Premier ministre Fayez al-Sarraj (centre) et le chef du parlement de Tobrouk, Ali Shoeb (2e à gauche), le 17 décembre à Skhirat au Maroc. 
Photo : AFP/VNA/CVN
 
Le Conseil invite les États membres de l'ONU à "prêter un concours actif au nouveau gouvernement en vue de vaincre le groupe EI", Ansar Al-Sharia et les autres groupes extrémistes alliés à l'EI ou Al-Qaïda et opérant en Libye.

Selon des diplomates, il pourra s'agir d'une assistance logistique, en armement, renseignement ou formation, voire de frappes aériennes contre des positions de l'EI.

Chaque pays décidera, seul ou dans le cadre d'une coalition, de son soutien. Il ne sera pas nécessaire d'adopter une résolution de l'ONU si la demande émane du gouvernement légitime libyen.

Selon M. Kobler, ce gouvernement pourra "demander des exemptions à l'embargo sur les armes" imposé par l'ONU à la Libye car "l'armée régulière a besoin d'armes" pour combattre l'EI.

Il pourra aussi inviter l'Union européenne à étendre aux eaux territoriales et aux côtes de la Libye l'opération navale qu'elle a déployée en haute mer pour intercepter les navires chargés de migrants et lutter contre les réseaux de passeurs.

L'Europe cherche à juguler un flot d'immigrants sans précédent depuis la Seconde guerre mondiale.

Après des mois de négociations, des hommes politiques, représentants de la société civile libyenne et membres des deux Parlements rivaux ont signé jeudi à Skhirat (Maroc) un accord parrainé par l'ONU.

Les présidents des deux Parlements sont toutefois opposés au texte et préfèrent un accord alternatif inter-libyen signé début décembre à Tunis.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.