22/05/2019 16:05
Lors d'une réunion du Conseil de sécurité des Nations unies consacrée mardi 21 mai à la situation en Irak, la représentante spéciale du secrétaire général dans ce pays, Jeanine Hennis-Plasschaert, a regretté l'impasse due au refus des partis politiques de faire des compromis.
>>Irak: 8 morts et 12 blessés dans un attentat-suicide dans l'Est de Bagdad
>>L'Irak mène une politique équilibrée avec les pays amis et voisins, selon le PM

Des ruines après la chute d'une roquette à Baghdad, en Irak.
Photo: AFP/VNA/CVN

"Les luttes politiques internes actuelles constituent un obstacle coûteux. Un an après les élections nationales, il n'y a toujours pas de nominations ministérielles aux postes clefs: Intérieur, Défense, Justice et Éducation. Les partis politiques ne se sont pas encore montrés disposés à faire des compromis", a expliqué la représentante spéciale du secrétaire général en Irak, Hennis-Plasschaert, aux membres du Conseil.

Elle a toutefois noté avec satisfaction qu'après 218 jours de négociations, un accord a été signé le 5 mai sur la formation d'un nouveau gouvernement régional du Kurdistan. De manière générale, l'envoyée de l'ONU a rappelé que les autorités et les institutions irakiennes continuaient de faire face à des problèmes profondément enracinés, "empêchant souvent le gouvernement de répondre rapidement et énergiquement à des besoins urgents tels que la reconstruction, le développement et la sécurité".

Selon elle, "l'Irak ne peut réaliser tout son potentiel qu'avec la participation politique, sociale et économique active des femmes et des jeunes". Par ailleurs, elle s'est félicitée des efforts du gouvernement pour réformer le secteur de la sécurité et du fait que la "green zone" dans la capitale Bagdad n'existera bientôt plus. Quant aux besoins humanitaires, l'envoyée de l'ONU a noté qu'ils restaient importants.

"De nombreux citoyens déplacés continuent de faire face à des obstacles sérieux pour retourner chez eux", a-t-elle souligné.

Dans ce contexte, Mme Hennis-Plasschaert a rappelé la détermination des Nations unies à continuer d'assister les Irakiens. Le Conseil de sécurité a adopté mardi à l'unanimité une résolution dans laquelle il décide de proroger le mandat de la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Irak (MANUI) jusqu'au 31 mai 2020.

La mission est chargée notamment d'accorder la priorité à la fourniture de conseils, d'un appui et d'une assistance au gouvernement et au peuple irakiens "de manière à favoriser un dialogue politique inclusif et la réconciliation aux niveaux national et local". 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Ancien village des pêcheurs, un musée impressionnant De nombreux objets, équipements et outils servant à produire le nuoc mam (saumure de poisson) et différents vestiges sur la vie des pêcheurs ainsi que sur la culture des habitants locaux sont immortalisés à l’Ancien village des pêcheurs de la ville côtière de Phan Thiên, province de Binh Thuân (Centre).