01/06/2019 15:56
L'ONU a décidé vendredi 31 mai de réduire de mille hommes la force de maintien de la paix de l'Union africaine en Somalie (Amisom) dans le cadre de son désengagement, malgré l'augmentation récente des attaques des Shebab à Mogadiscio.

>>Somalie: 13 membres présumés de l'EI tués dans une frappe américaine
>>L'ONU appelée à prolonger le mandat de la MONUSCO

Des soldats de la mission de l'Union africaine en Somalie patrouillent après des affrontements entre insurgés et soldats du gouvernement, le 22 mai 2012.
Photo: Reuters/VNA/CVN

Le Conseil de sécurité de l'ONU a voté à l'unanimité une résolution britannique, qui lui permet toutefois de réétudier sa décision si la situation s'aggrave. La résolution limite à 19.626 le nombre de militaires au sein de l'Amisom, dont le mandat a été renouvelé pour un an, mais maintient 1.040 policiers.

La mission, créée en 2007, est déployée dans le sud et le centre du pays, et comprend des troupes du Burundi, de Djibouti, d'Éthiopie, du Kenya et de l'Ouganda.

Selon un calendrier adopté en 2017, l'Amisom doit progressivement transférer les pouvoirs de sécurité aux forces somaliennes, mais l'Union africaine s'est récemment inquiétée de la capacité du gouvernement central à assumer cette responsabilité alors que des élections sont prévues en 2020.

L'ONU souhaite stabiliser la situation politique dans le pays, où les insurgés shebab, affiliés à al-Qaïda, ont juré la perte du gouvernement. Chassés de la capitale Mogadiscio en 2011 par l'Amisom, ils contrôlent toujours de vastes zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats.

Un rapport conjoint ONU-UA présenté en mai soulignait la résurgence des attaques de shebab, notamment une attaque de mortier sur la base de l'ONU à Mogadiscio.

Les opposants ont perpétré en mars deux attentats majeurs dans la capitale en utilisant 28 bombes. La semaine dernière, au moins cinq personnes, dont un ancien ministre somalien des Affaires étrangères, ont été tuées dans un attentat à la voiture piégée. 

APS/VNA/CVN

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
La France aide Lilama 2 pour la formation professionnelle

Ha Long, une ville sans tabac Il y a dix ans, Ha Long, la station balnéaire mondialement connue pour l’exceptionnelle beauté de sa baie, interdisait de fumer dans les sites touristiques, les plages et les hôtels locaux pour promouvoir un tourisme-santé.