22/01/2020 18:29
>>Le Vietnam œuvre pour un système sanitaire égal et efficace
>>L'OMS s'oriente vers la réalisation des objectifs du "triple milliard"

À l'ouverture du Forum économique mondial à Davos, en Suisse, les Nations unies rappellent aux gouvernements leurs engagements de réaliser la couverture sanitaire universelle (CSU) d'ici 2030. Le Programme conjoint des Nations unies pour la lutte contre le VIH/sida (ONUSIDA) a appelé mardi 21 janvier les gouvernements à consacrer les dépenses publiques nécessaires pour faire du droit à la santé une réalité. Selon l'ONUSIDA, au moins la moitié de la population mondiale n'a pas accès aux services de santé essentiels. "Le droit à la santé échappe aux pauvres et les personnes qui tentent de se sortir de la pauvreté sont écrasées par les coûts inacceptablement élevés des soins de santé", a déclaré Winnie Byanyima, la directrice exécutive de l'ONUSIDA. "Les 1% les plus riches bénéficient de la science de pointe tandis que les pauvres ont du mal à obtenir même des soins de santé de base." Près de 100 millions de personnes sont poussées dans l'extrême pauvreté (moins de 1,90 USD par jour) parce qu'elles doivent payer pour les soins de santé, et plus de 930 millions de personnes (environ 12% de la population mondiale) dépensent au moins 10% du budget de leur ménage en soins de santé. Dans de nombreux pays, les gens se voient refuser des soins de santé ou reçoivent des soins de mauvaise qualité en raison de prix inabordables. Vendredi dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé tous les pays à accélérer leurs efforts afin de tenir leurs engagements pour parvenir à la CSU et atteindre les autres cibles liées à la santé des Objectifs de développement durable (ODD).

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
D Free Book et son message de partage des connaissances

Hanoï voit ses revenus du tourisme augmenter malgré le COVID-19 Bien que le tourisme au premier mois de l’année ait connu des fluctuations considérables en raison des effets des intempéries et de l’épidémie de coronavirus, les revenus du secteur à Hanoï demeurent positives.