04/08/2021 21:50
Les Nations unies restent fortement préoccupées par la dégradation de la situation humanitaire au Liban, a révélé mardi 3 août le Bureau de coordination des affaires humanitaires des Nations unies. 
>>Liban : le Premier ministre désigné promet un gouvernement "le plus tôt possible"
>>Plus de 4 millions de personnes au Liban risquent de ne plus avoir accès à l'eau

Des blessés lors des explosions qui ont frappé, le 4 août 2020, le port de Beyrouth.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le Liban est confronté à un effondrement de son système économique et financier, à la pandémie de COVID-19, à l'impact catastrophique et aux conséquences des explosions qui ont frappé le port de Beyrouth il y a un an, ainsi qu'aux effets continus de la crise syrienne, a souligné le Bureau de coordination des affaires humanitaires (OCHA).

L'impasse politique continue d'alimenter les manifestations populaires et entrave toute réforme significative ainsi que tous les efforts de relance, a-t-il ajouté. La situation des Libanais ordinaires s'aggrave de jour en jour. Les prix des denrées alimentaires ont augmenté d'un taux effrayant de 400% entre janvier et décembre 2020.

Les besoins humanitaires augmentent parmi les Libanais comme parmi les migrants, y compris dans les domaines de la sécurité alimentaire et de la nutrition, de la santé, de la protection et de l'éducation, de l'approvisionnement en eau et de l'assainissement, selon l'OCHA. À la fin de 2020, 19% des ressortissants libanais ont déclaré avoir perdu leur source de revenus principale.

En mars 2021, 78% de la population était dans une situation de pauvreté, selon les estimations. Plus d'un tiers de la population libanaise est confrontée à une pauvreté extrême, a indiqué l'OCHA. Parallèlement, neuf familles réfugiées syriennes sur dix vivent dans la pauvreté extrême, contre 55% seulement il y a un an.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.