12/10/2017 10:23
Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH/sida (ONUSIDA), le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et d'autres partenaires ont lancé mardi 10 octobre une feuille de route pour la prévention du VIH à l'occasion de la première réunion de la Coalition mondiale pour la prévention du VIH pour réduire les nouvelles infections à VIH de 75% d'ici à 2020.
>>L'UNICEF appelle à renforcer la lutte contre le VIH chez les adolescents
>>Sida : la francophonie à l'unisson contre les discriminations

Un groupe de femmes assiste à une séance de sensibilisation au risque du VIH et du sida dans la province d’Anseba, en Érythrée. Photo : ONU/CVN

Malgré une baisse de 50% des décès liés au sida depuis le pic de l'épidémie, la baisse des infections chez les adultes ne progresse que lentement, ce qui incite les Nations Unies à lancer un plan en 10 points établissant des mesures concrètes immédiates pour accélérer les progrès. "Augmenter les traitements ne mettra pas fin au sida", a déclaré Michel Sidibé, Directeur exécutif de l'ONUSIDA.

"Nous avons besoin de plus d'énergie et d'action dans la prévention du VIH, un leadership plus fort, des investissements accrus et un engagement communautaire pour garantir que tout le monde, en particulier les personnes à haut risque de VIH, puisse se protéger contre le virus". Alors que les nouvelles infections à VIH chez les enfants ont diminué de 47% depuis 2010, les nouvelles infections à VIH chez les adultes n'ont diminué que de 11%.

En 2016, dans la Déclaration politique des Nations Unies sur la lutte contre le sida, les pays se sont engagés à réduire les nouvelles infections à VIH de 75%, passant de 2,2 millions en 2010 à 500.000 en 2020. La nouvelle feuille de route encourage les pays à accélérer leurs efforts pour atteindre cet objectif. "Dans de nombreux endroits, le manque d'accès à l'éducation et le manque d'autonomie concernant leur propre corps empêchent les adolescentes de revendiquer leurs droits humains", a dit la directrice exécutive de l'UNFPA, Natalia Kanem.

"Et les filles les plus pauvres sont celles qui ont le moins de pouvoir de décider si, quand ou avec qui se marier et si, quand ou combien de fois elles seront enceintes. Ce manque de pouvoir rend chacune de ces filles extrêmement vulnérables à l'infection par le VIH, aux infections sexuellement transmissibles et aux grossesses non désirées", a souligné le Dr Kanem.

La feuille de route 2020 pour la prévention du VIH contient un plan d'action en 10 points qui établit des mesures immédiates et concrètes pour les pays afin d'accélérer les progrès. Elle prévoit notamment la réalisation d'analyses actualisées pour déterminer où se situent les opportunités d'impact maximum ; l'élaboration d'orientations pour identifier les lacunes et les actions permettant une intensification rapide ; et la lutte contre les obstacles juridiques et politiques empêchant d'atteindre les personnes les plus touchées par le VIH, y compris les jeunes et les populations clés. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.