04/02/2021 20:18
Les Nations unies ont officiellement lancé, mercredi 3 février, la Décennie pour les sciences océaniques au service du développement durable (2021-2030).
>>La plus grande expédition en Arctique de retour en Allemagne
>>Marches pour le climat notamment à Montpellier et Paris

Un océan sain est crucial pour la survie de la planète. Photo : ONU/CVN

L’Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a lancé ce que beaucoup au sein de l'ONU et au-delà considèrent comme "la décennie la plus critique de notre vie".

Au cours des dix prochaines années, l’agence onusienne, le système des Nations Unies et leurs partenaires mobiliseront les efforts pour protéger l’océan partout dans le monde.

L’UNESCO a marqué le début de cette décennie avec un événement mondial en ligne intitulé : Un nouvel océan courageux. La décennie vise à sensibiliser aux immenses défis et opportunités que l’océan offre pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD).

"Au début du troisième millénaire, l'océanographie a la capacité d'identifier les problèmes et de proposer des solutions, à condition de cesser de négliger sa contribution", a déclaré la Directrice générale de l'UNESCO, Audrey Azoulay, avant la tenue de cet événement.

L’océan, un espace de recherche, coopération et de ressources

2021 est déjà qualifiée par l’UNESCO de "super année" pour l'océan. L’agence onusienne marque ainsi le lancement de son propre "engagement massif envers notre planète bleue".

La Décennie en faveur de l’océan offrira aux nations une occasion unique de travailler ensemble pour alimenter la science océanique mondiale nécessaire pour soutenir le développement durable de cet espace commun, souligne l’UNESCO.

"La protection et la gestion durable de l'océan sont essentielles - pour l'alimentation, les moyens de subsistance et l'atténuation des perturbations climatiques et des catastrophes connexes", a rappelé, pour sa part, le Secrétaire général de l'ONU, António Guterres.

"Restaurer la capacité de l’océan à nourrir l’humanité et à réguler le climat est un défi majeur", a ajouté le chef de l’ONU, exhortant chacun à "faire la paix avec la nature pour créer un monde prospère et équitable pour tous, sans laisser personne de côté".

"L'océan est un endroit passionnant et nous devrions faire plus de recherche, avoir plus de connaissances, mais aussi comprendre que plus de moyens de subsistance pourraient en sortir si nous le gérons mieux", a, de son côté, souligné Erna Solberg, la Première Ministre norvégienne et Coprésidente du Conseil de l’océan lors de cette réunion virtuelle.

Une mobilisation internationale nécessaire, surtout après la crise de la COVID-19

La pandémie de COVID-19 a déclenché des crises économiques et sociales à travers la planète, qui, selon l'UNESCO, ont obligé de nombreuses personnes à s'appuyer sur une économie verte croissante pour "nous ramener" sur le chemin du redressement.

Le lancement officielle de la décennie a réuni des dirigeants mondiaux, des scientifiques, des chefs d'agences des Nations unies et des personnalités sportives engagées dans l'action en faveur de l’océan qui ont tous souligné son potentiel en tant que source de solutions pour mieux reconstruire un monde post-COVID-19. "Alors que le monde s'adapte à une nouvelle normalité avec l'émergence du coronavirus, les sciences océaniques joueront un rôle important dans les efforts de relèvement post-pandémique", a affirmé Mme Azoulay.

L’événement, qui était organisé par la Commission océanographique intergouvernementale (COI) de l’UNESCO, a également examiné comment rassembler des activistes de tous âges et de tous continents pour protéger l’océan.

Il s’agissait du premier événement de la Décennie de l’océan consacré à l’approfondissement des connaissances scientifiques sur la mer et à la protection de la santé de l’océan, tout en soutenant le rôle central de cette dernière dans la transition vers une utilisation durable et équitable de ses ressources alors que les défis du changement climatique se multiplient. "Le moment est venu d’agir pour un nouvel océan courageux", a souligné la cheffe de l’UNESCO. Les résultats attendus par l'ONU à l’issue de cette Décennie pour l'océan :

- Un océan propre où les sources de pollution sont identifiées et réduites ou éliminées.
- Un océan sain et résilient, où les écosystèmes marins sont protégés, restaurés et bien gérés.
- Un océan productif soutenant l'approvisionnement alimentaire durable et l'économie océanique.
- Un océan sûr où la vie et les moyens de subsistance sont protégés des dangers liés à l'océan.
- Un océan accessible avec un accès ouvert et équitable aux données, à la technologie et à l'innovation.
- Un océan qui est précieux sur le plan social et où les sociétés sont engagées pour le développement durable des mers.

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les feuilles de lotus, une source d’inspiration infinie pour un jeune peintre