18/12/2018 11:34
L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et l'Institut des Nations unies pour la formation et la recherche (UNITAR) ont publié le 17 décembre le premier état des lieux exhaustif des dommages causés pendant des années de conflit armé en République arabe syrienne au site de l'ancienne ville d'Alep, inscrit sur la Liste du patrimoine mondial.
>>En Syrie, un théâtre romain du IIe siècle a survécu à la guerre
>>Syrie: le musée d'Idleb rouvre ses portes après cinq années de fermeture

Un coin de la Mosquée des Omeyyades d'Alep, ravagée par la guerre,  le 13 décembre 2016. Photo: AFP/VNA/CVN

Intitulée "Cinq ans de conflit: l'état du patrimoine culturel dans l'Ancienne ville d'Alep", cette publication montre que plus de 10% des bâtiments historiques d'Alep ont été détruits et que plus de la moitié des bâtiments évalués ont subi des dommages modérés ou graves.

Le rapport fournit une évaluation de 518 biens, notamment de la Citadelle et de la Grande mosquée (Mosquée des Omeyyad), et de certains des édifices emblématiques de la ville dont les origines remontent au 2e millénaire avant notre ère.

"La culture et le patrimoine culturel sont de puissants leviers pour relever les défis du redressement et de la réconciliation dans les villes dévastées par les conflits armés", a déclaré Ernesto Ottone R., sous-directeur général de l'UNESCO pour la culture, à l'occasion du lancement de la publication.

"Le dialogue, le respect de la diversité culturelle et un sentiment d'appropriation de la part des communautés, aident les villes à se relever des traumatismes de la guerre et à assurer une paix durable", a ajouté le responsable de l'UNESCO.

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.