25/08/2018 22:20
Des agences onusiennes ont appelé vendredi 24 août la communauté internationale à accroître son aide à quelques centaines de milliers de réfugiés rohingyas qui ont fui le Myanmar et aux communautés qui les accueillent au Bangladesh.
>>Myanmar - Bangladesh: rapatriement rapide des réfugiés rohingyas
>>Le Myanmar et le Japon discutent de la crise des Rohingyas

Des centaines de milliers de réfugiés rohingyas vivent de vivre à Cox's Bazar, au Bangladesh.
Photo: ONU/CVN

Un an s'est écoulé depuis la crise qui a vu plus de 700.000 Rohingyas fuir les violences au Myanmar, pour trouver refuge et protection au Bangladesh voisin. Depuis août 2017, ces Rohingyas ont rejoint environ 200.000 autres réfugiés qui se trouvaient déjà au Bangladesh à la suite de précédents exodes.

Le plan de réponse humanitaire global pour les réfugiés rohingyas requiert des contributions à hauteur de 950,8 millions de dollars pour la période de mars à décembre 2018.

À quatre mois de la fin de l'année, le plan n'a reçu que le tiers du financement nécessaire pour pouvoir venir en aide à ces communautés apatrides. Un faible niveau de financement jugé inquiétant par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) et l'Organisation internationale pour la migration (OIM). "La responsabilité internationale collective de protéger et de trouver des solutions pour ces réfugiés doit demeurer une priorité pour tous les pays de la région et au-delà", a souligné vendredi 24 août Andrej Mahecic, porte-parole du HCR, lors d'un point de presse à Genève.

Dans une crise d'une telle ampleur, restreindre ou réduire les services aux réfugiés rohingyas aurait des répercussions sur la réponse humanitaire globale, alerte l'OIM. 

Plus de 330 puits profonds dans les camps

Depuis un an, les équipes du HCR ont apporté une aide psychosociale, mené des activités de prévention de la violence sexuelle et sexiste, recensé les familles, identifié et assisté les enfants séparés et non accompagnés et d'autres réfugiés vulnérables. Plus de 212.000 familles - soit la quasi-totalité de la population réfugiée - ont maintenant reçu du matériel de mise à niveau du logement, l'OIM fournissant une aide au logement à plus de 120.000 ménages.

Des travaux sont également en cours pour améliorer l'accès à l'eau potable et améliorer l'assainissement. Des équipes de l'OIM ont creusé plus de 330 puits profonds dans les camps, et des dizaines d'autres sont en cours d'installation.

Depuis le début de la crise, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et les partenaires humanitaires ont administré quatre millions de doses de vaccins contre le choléra, la poliomyélite, la rougeole et la rubéole et la diphtérie et le tétanos aux réfugiés dans le cadre de multiples campagnes de vaccination préventive contre les épidémies.

"Nous devons continuer à soutenir les besoins de santé de cette population vulnérable et rester vigilants face à la propagation des maladies", a déclaré le Dr Peter Salama, directeur général adjoint de l'OMS pour la préparation et la réponse aux situations d'urgence, qui a récemment visité les camps de réfugiés à Cox's Bazar, soulignant que la situation sur place reste toujours très fragile.
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

L’hôtel Saigon - Ha Long, un 4 étoiles au cœur de la baie La célèbre baie de Ha Long, située à Quang Ninh (Nord), est classée parmi les sept nouvelles merveilles de la nature du monde. L’hôtel Saigon - Ha Long, relevant du voyagiste Saigontourist, est l’un des premiers hôtels de luxe à s’y implanter.