22/06/2017 10:55
Une semaine après l'incendie de la tour Grenfell à Londres, qui a fait au moins 79 morts, une odeur de mort et de décombres brûlés flotte encore sur un quartier traumatisé, où les indignations et les révoltes affleurent à chaque conversation.
>>Incendie de la tour Grenfell : 79 morts ou présumés morts
>>Tour Grenfell : l'incendie aurait pu être "évité", selon le maire de Londres
>>Incendie à Londres : pas de victime vietnamienne pour l’instant

La tour Grenfell calcinée, le 20 juin à Londres. Photo : AFP/VNA/CVN

Le terrible bilan du sinistre, qui a transformé en torche l'immeuble de 24 étages de logements sociaux, pourrait même s'alourdir : personne ne sait (et ne saura sans doute jamais) combien de personnes les cent-vingt appartements contenaient exactement quand, dans la nuit de mardi à mercredi, le feu a pris dans les étages inférieurs.

Dans une tour habitée majoritairement par des personnes d'origine étrangère, dont de nombreux Marocains et Somaliens, certains avec des papiers, des permis de séjour et d'autres sans, la coutume était d'héberger parents, amis et connaissances, surtout en période de ramadan où les familles se réunissent tard le soir pour l'iftar, le repas de rupture du jeûne.

Placardée dans l'entrée de la station de métro voisine de Latimer Road, toujours fermée, une affichette datée du 18 juin, signée "Un citoyen britannique", clame : 600 résidents, 18 hospitalisés, 58 morts. Combien de résidents de la tour Grenfell ont-ils survécu?

Des photos de personnes disparues placardées près du site de l'incendie de la tour Grenfell, le 20 juin à Londres. Photo : AFP/VNA/CVN

"Nous allons continuer de tout faire pour apporter des réponses à ceux qui recherchent des proches", a déclaré mercredi matin 21 juin un chef la police londonienne, Stuart Cundy. "J'ai bien conscience que pour ceux qui souffrent, ces réponses ne pourront jamais arriver assez tôt". Mercredi matin 21 juin, dix personnes étaient encore hospitalisées, dont six en soins intensifs.

Margaret Thomson, 47 ans, habite l'un des petits immeubles de quatre étages qui entourent la tour calcinée. Pour cela elle est autorisée à franchir les barrages de police qui, de tous côtés, isolent la lugubre silhouette du bâtiment dans lequel les recherches se poursuivent.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.