01/06/2021 16:33
Les variants du nouveau coronavirus précédemment dénommés par leurs noms scientifiques seront rebaptisés avec des lettres grecques, a annoncé lundi 31 mai l'Organisation mondiale de la santé (OMS).
>>Le Japon renforcera le contrôle aux frontières pour les visiteurs du Vietnam et de la Malaisie
>>COVID-19 : la vaccination ouverte à tous les adultes sans restrictions

Vaccination contre le COVID-19 à Hyderabad, en Inde, 31 mai.
Photo : Xinhua/VNA/CVN

Les noms scientifiques des variants du nouveau coronavirus sont souvent difficiles à dire, à retenir et peuvent donner lieu à de fausses informations, a noté l'Organisation mondiale de la santé (OMS) dans un communiqué, relevant que beaucoup utilisent le nom du pays ou de la région où le variant a été identifié pour la première fois. S'il s'agit d'une méthode simple pour une simple conversation, cela pourrait aussi être une source de stigmatisation contre la population du pays concerné.

Ainsi, le variant B117 a souvent été appelé "variant britannique" ou "variant du Kent" en raison de la difficulté à mémoriser son nom exact. Désormais, a dit l'OMS, cette souche spécifique s'appellera le variant Alpha. Par exemple, on dira Beta pour celui apparu en Afrique du Sud, Gamma au Brésil.

Les nomenclatures existantes, créées par l'Initiative mondiale de partage des données sur la grippe (GISAID), Nextstrain et Pango, existent toujours et sont toujours acceptées, mais devraient désormais être principalement utilisées par les scientifiques, selon l'agence onusienne.

L'OMS exhorte donc les gouvernements, les médias et la population à utiliser ce nouveau système de nomination et à abandonner à la fois les noms scientifiques et celui des pays où le variant est apparu la première fois.
 
Xinhua/VNA/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Quand les femmes d’ethnies minoritaires participent aux modèles économiques locaux

À la découverte de la mangrove de Dông Rui Grâce aux efforts conjugués des autorités et des populations locales, Dông Rui est aujourd’hui la plus belle et la plus vieille mangrove primitive du Nord du Vietnam. Située dans le district de Tiên Yên, province de Quang Ninh, elle est le meilleur rempart contre l’érosion marine et une extraordinaire source de vie pour les habitants.