19/09/2018 11:21
L'Organisation mondiale de la santé (OMS) tire la sonnette d'alarme car, si le nombre de nouveaux cas de tuberculose et de décès a baissé l'année dernière, les pays ne se mobilisent pas suffisamment pour mettre fin à la tuberculose d'ici à 2030.

>>Gabon : le nombre de malades de tuberculose est passé de 3.382 à 6.000 cas
>>OMS : la tuberculose reste la principale cause infectieuse de mortalité dans le monde

Un technicien de laboratoire enregistre des échantillons de tuberculose en 2015 à Nairobi, capitale du Kenya.
Photo: AFP/VNA/CVN


"C'est la première fois que nous sommes témoins d'un intérêt politique à un si haut niveau et d'une prise de conscience de ce qu'il faut faire à l'échelle mondiale pour mettre fin à la tuberculose et à la tuberculose pharmacorésistante", a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

Même si les efforts mondiaux ont permis de sauver 54 millions de vies depuis 2000, la tuberculose reste la maladie infectieuse qui entraîne le plus de décès dans le monde. "Nous devons tirer parti de ce nouvel élan et collaborer pour mettre fin à cette terrible maladie", a-t-il ajouté.

Le rapport sur la lutte contre la tuberculose dans le monde 2018, publié à New York mardi 18 septembre, appelle à une mobilisation nationale et internationale sans précédent.

Le document invite instamment les dirigeants, qui participeront la semaine prochaine à la toute première réunion de haut niveau des Nations unies sur la tuberculose, à prendre des mesures décisives, en s'appuyant sur les initiatives prises récemment par les dirigeants de l'Afrique du Sud, de la Fédération de Russie, de l'Inde et du Rwanda. Près de 50 chefs d'État et de gouvernement sont attendus à cette réunion.
 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vi Khê, le berceau de l’horticulture vietnamienne

À la recherche d'une stratégie pour optimiser les potentiels touristiques Une stratégie visant à développer un tourisme adapté au changement climatique dans le delta du Mékong est en cours d'élaboration, dans le but d'exploiter pleinement le potentiel local.