19/06/2020 08:59
L'Organisation mondiale de la santé a annoncé avoir décidé mercredi 17 juin d'arrêter les essais cliniques sur l'hydroxychloroquine en tant que traitement potentiel des malades du COVID-19 hospitalisés, arrivant à la conclusion que cet antipaludéen ne réduisait pas leur taux de mortalité.
>>Coronavirus : le monde divisé sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine
>>Coronavirus : 8 milliards d'euros pour l'automobile, coup de frein sur l'hydroxychloroquine

Un flacon de comprimés d'hydroxychloroquine dans une pharmacie de Provo, le 20 mai dans l'Utah. Photo : AFP/VNA/CVN

"Les preuves internes apportées par l'Essai Solidarity/Discovery, les preuves externes apportées par l'Essai Recovery et les preuves combinées apportées par ces deux essais largement aléatoires, mises ensemble, suggèrent que l'hydroxychloroquine - lorsqu'on la compare avec les traitements habituels des patients hospitalisés pour le COVID-19 - n'a pas pour résultat la réduction de la mortalité de ces patients", a déclaré la docteure Ana Maria Henao Restrepo, de l'OMS, au cours d'une conférence de presse virtuelle à Genève.

L'étude européenne Discovery évalue l'efficacité de quatre traitements contre le COVID-19.

Pour Recovery, le premier essai clinique majeur - réalisé par l'Université britannique d'Oxford - à avoir livré des résultats, l'hydroxychloroquine n'a "pas d'effet bénéfique" en matière de COVID-19.

"Sur la base de ces analyses et de l'étude des preuves produites (...), après délibérations, il a été conclu que l'arme de l'hydroxychloroquine sera retirée de l'Essai Solidarité", a dit mercredi la docteure Ana Maria Henao Restrepo.

Elle a toutefois souligné que la décision d'arrêter les essais sur les patients hospitalisés souffrant du COVID-19 ne concernait pas l'usage ou l'évaluation de cette molécule en tant que traitement préventif de la maladie due au nouveau coronavirus.

Cette annonce survient deux jours après que les autorités sanitaires américaines ont retiré l'autorisation d'utiliser dans l'urgence deux traitements antipaludéens contre le COVID-19, la chloroquine et l'hydroxychloroquine, défendus par le président Donald Trump.

La France, où un médecin controversé, le Pr Didier Raoult, a défendu l'hydroxychloroquine, en a banni l'usage le 28 mai contre le COVID-19.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Binh Liêu, écrin de nature dans la province de Quang Ninh Quand on évoque Quang Ninh, on pense généralement à la baie de Ha Long, à l’île de Cô Tô ou à la montagne de Yên Tu. Rares sont ceux qui connaissent Binh Liêu, une terre encore vierge et peu connue des touristes.