06/12/2018 15:02
Une action audacieuse en faveur du climat pourrait permettre de sauver un million de vies et d'économiser beaucoup d'argent d'ici le milieu du siècle, a déclaré mercredi 5 décembre l'Organisation mondiale de la santé (OMS) lors de la présentation d'un de ses rapports à la conférence de l'ONU sur le climat (COP24) à Katowice, en Pologne.
>>Réduire le gaspillage et consommer moins de viande pour nourrir la terre en 2050
>>Hôte de la COP24, la Pologne restera gueule noire encore longtemps
>>Les émissions de CO2 ont recommencé à augmenter l'an dernier

Dans de grandes villes, la pollution de l'air est un problème sanitaire majeur.
Photo: ONU/CVN

Alors que la planète est réunie à la COP24 pour avancer sur la réalisation des objectifs de l'Accord de Paris de 2015, l'OMS a souligné que ce ne serait pas uniquement la planète qui bénéficierait de progrès dans l'action pour le climat. L'agence onusienne pour la santé estime qu'environ un million de vies pourraient être sauvées grâce à une action pour le climat.

"L'Accord de Paris est potentiellement l'accord le plus fort sur la santé de ce siècle", a déclaré le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.

"Les preuves montrent clairement que le changement climatique a déjà de graves conséquences sur la vie et la santé des personnes. Il menace les éléments de base dont nous avons tous besoin pour rester en bonne santé - un air pur, une eau potable, un approvisionnement en aliments nutritifs et des abris sûrs - et compromettra des décennies de progrès en matière de santé dans le monde", a prévenu le Dr Tedros.

Le principal facteur de changement climatique est la combustion de fossiles, qui contribue également de manière importante à la pollution de l'air et à la dégradation de la santé dans le monde.

"Le coût réel du changement climatique se fait sentir dans nos hôpitaux et dans nos poumons. Le fardeau des sources d'énergie polluantes sur la santé est maintenant si lourd qu'il est désormais rentable de choisir des modes d'approvisionnement en énergie, de transport et d'alimentation plus propres et plus durables", a déclaré la Dr Maria Neira, directrice du programme de sante publique et des déterminants environnementaux et sociaux de la santé de l'OMS.

"Lorsque la santé est prise en compte, l'atténuation du changement climatique est une opportunité, pas un coût", a-t-elle souligné. Le passage à des sources d'énergie à faible émission de carbone améliorera non seulement la qualité de l'air, mais offrira également des avantages supplémentaires pour la santé.

Par exemple, l'introduction d'options de transport actif telles que le cyclisme contribuera à accroître l'activité physique, ce qui peut aider à prévenir des maladies telles que le diabète, le cancer et les maladies cardiaques.

Le rapport comprend des recommandations à l'intention des décideurs sur la manière de traiter simultanément les problèmes liés au changement climatique et à la santé publique, notamment des politiques visant à réduire les émissions de carbone et la pollution atmosphérique, la mobilisation des maires pour effectuer des changements sur le plan local, des investissements dans des établissements de santé éco-intelligents et la mobilisation de la communauté de la santé en tant que puissant défenseur public de l'action pour le climat. 
 
Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).