22/08/2019 14:48
Alors que de nombreuses entreprises vietnamiennes ont besoin de ressources humaines expérimentées en logistique, les diplômés des établissements de formation ne répondent pas aux exigences des employeurs.
>>Le Vietnam s’oriente vers un système de formation professionnelle
>>Mise en oeuvre du système logistique d'urgence en cas de catastrophes

Transports de marchandises au port de Hai Phong, au Nord.
Photo: VNA/CVN

Portée par la mondialisation et l'explosion du e-commerce, la logistique continue de se développer. En dehors des sociétés spécialisées dans ce domaine, la plupart des grandes entreprises industrielles ou commerciales ont leur propre service pour acheminer les matières premières, gérer les flux et les stocks.

De belles perspectives d’emploi

Selon l’Association des entreprises de logistique du Vietnam (VLA), il existe environ 30.000 entreprises dans le secteur de la logistique qui se trouve confronté à une pénurie de travailleurs qualifiés.

Au cours de la période 2017-2020, le pays a besoin d'environ 20.000 travailleurs qualifiés dans les domaines de la logistique et dans la gestion de la chaîne d'approvisionnement. Ce nombre devrait atteindre deux millions d'ici 2030.

Dans les prochaines années, la demande en ressources humaines dans ce secteur devrait s’accroître dans la province de Bà Ria-VungTàu, une région économique clé dans le sud du pays. Une augmentation qui touche principalement le port maritime dans le secteur de service d'expédition et d'entreposage.

Dương Thanh Khang, directeur adjoint de la société de logistique située sur le port de Thi Vai dans la province de Bà Ria-VungTàu, a déclaré que la société avait besoin de travailleurs qualifiés dans ses différents services tels que le chargement et le déchargement de cargaisons, la location d'entrepôts et la fourniture de services logistiques.

Formation et recrutement,
un enjeu de taille



L’automatisation et l’informatisation des processus de production ont entraîné une baisse des perspectives d’emplois pour les ouvriers peu qualifiés dans la manutention. À contrario, les avancées technologiques et les innovations pourraient avoir une influence positive sur les emplois qualifiés notamment dans le secteur du transport de marchandises. Cependant, les défis restent de taille car non seulement les employeurs ont du mal à recruter du personnel qualifié, mais ceux existants ne sont pas suffisamment expérimentés.

Afin de palier à ce manque de compétences, beaucoup d’entreprises ont dû recruter des étudiants car le personnel ne répondait pas aux exigences en termes de maîtrise d’une langue étrangère et de compétences dans les nouveaux outils informatiques et technologiques.

Un représentant de Lazada Express Vietnam, un des géants du commerce en ligne au Vietnam spécialisé dans la vente de produits en tous genres, a souligné que le besoin en formation était nécessaire même à la suite du recrutement de personnel compétent. 

"Bien qu’ils soient formés aux services logistiques et à la chaîne d’approvisionnement, nombre d’entre eux n’ont aucune connaissance des logiciels de gestion et d’entrepôts", a-t-il déclaré.

Les experts imputent cela au manque de coordination entre les centres de formation et les entreprises. En effet, les centres ne disposent pas actuellement des technologies les plus avancées.

Main dans la main
avec les écoles de formation 



Nguyên Thi Bich de l'école professionnelle de l’économie et de la technique, Nguyên Huu Canh à Hô Chi Minh-Ville, a souligné que pour développer des ressources humaines de qualité, il est important que le gouvernement, les localités, les entreprises de logistique et les écoles professionnelles collaborent ensemble.

"Ce n'est que de cette façon que les étudiants fraîchement diplômés pourraient être efficient après le recrutement", a-t-elle déclaré.

Dô Thanh Phong, professeur en logistique et gestion de la chaîne d'approvisionnement à l'Université de Bà Ria-Vung Tàu (Sud), a déclaré que l’établissement enseignait l’anglais en parallèle des autres matières. Un atout afin que les étudiants puissent prétendre à des emplois tournés vers l’international dans la gestion de l'exploitation portuaire ou dans la planification d'activités logistiques.

En ce qui concerne la coordination entre les entreprises et les établissements d’enseignement professionnel, Nguyên Lôc directeur de l’Université de Bà Ria-Vung Tàu, a indiqué qu’elle travaillait en collaboration avec plus de 200 entreprises locales et étrangères pour mettre régulièrement à jour ses programmes de formation.

La coopération avec les entreprises permet également aux étudiants de se familiariser avec le monde du travail et à trouver plus facilement un emploi une fois leur diplôme obtenu, a-t-il fait savoir.

L'université a formé 250 étudiants depuis 2012. Après l'obtention de leur diplôme, ils ont tous décroché un emploi dont le salaire mensuel se situe entre 7 et 20 millions de dôngs.

Nguyên Thi Trúc Phuong, chef du Département administratif de l'une univesité d’économie à Hô Chi Minh-Ville, a déclaré qu’il était nécessaire que les étudiants de niveau universitaire, aient l'occasion de s’exercer sur des équipements modernes.

Par conséquent, les visites et la pratique dans un environnement de travail ainsi que l’évaluation des compétences des étudiants doivent être encouragées afin de réduire l’écart entre la formation et la demande des employeurs, a-t-elle dit.

Diêu Thuy/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.