11/03/2018 12:00
L’offrande de bâtonnets d’encens est l’une des pratiques de la voie bouddhiste, extrêmement riche en significations et en bienfaits. C’est un rituel incontournable lors des fêtes ainsi que dans le culte des ancêtres au sein de chaque famille vietnamienne.
>>Le Génie de la forêt, un culte entre histoire et magie
>>Offrande d'encens en hommage aux rois fondateurs du pays

L’offrande d’encens est un acte sacré qui s’accompagne de prières.
Photo : Lê Truong/VNA/CVN

L’encens est considéré comme un pont sacré entre la vie visible des êtres humains et le monde spirituel de la terre, du ciel et des dieux.

L’offrande d’encens sur l’autel des ancêtres ou des divinités dans les familles ou dans les maisons communes, temples et pagodes est une pratique traditionnelle respectée lors des 1er et 15e jours du mois lunaire, des anniversaires de la mort des proches et, naturellement, du Têt traditionnel. Parmi les offrandes données aux ancêtres et aux dieux, le bâton d’encens est indispensable. Ce dernier représente bien plus qu’un simple objet ; c’est un élément sacré dans chaque famille vietnamienne.

L’offrande d’encens reflète le désir des gens de contacter les divinités. Quand le bâton d’encens est brûlé, les prières leur sont transmises.

Un acte sacré accompagné de prières

Autrefois, quand les gens n’étaient pas en mesure d’expliquer les phénomènes surnaturels, ils les déifiaient et attachaient chacun d’eux à une divinité. La plupart des habitants croyaient alors que ces divinités pouvaient influencer directement leur vie. C’est la raison pour laquelle on essayait de communiquer avec ces êtres dits Suprêmes.

L’utilisation de l’encens pour communiquer avec les divinités existe depuis “la nuit des temps” et il nous est difficile, même à l’heure actuelle, de déterminer exactement quand est-ce que les gens ont commencé cette pratique. Cette forme de communication est apparue très tôt car il y a des images d’encens dans des pyramides d’Égypte !

Il existe de nombreux types d’encens : de petits bâtonnets de bambou avec de la poudre de bois tout autour ou encore des spirales sous forme de cône souvent faites de bois aromatique.

L’offrande de bâtonnets d’encens est l’une des pratiques de la voie bouddhiste, extrêmement riche en significations et en bienfaits.
Photo : Lê Truong/CVN

Selon la coutume, le nombre de bâtons d’encens brûlés doit toujours être impair (1, 3, 5, 7, 9) parce qu’il représente la prospérité et le développement. On doit les tenir des deux mains et les placer respectueusement sur l’autel, manifestant ainsi son honnêteté. Lorsque l’on place les bâtonnets, on doit être concentré, ne pas parler avec son voisin ni plaisanter avec sa voisine. Chacun doit également être habillé de manière respectueuse.

Les maîtres des rites du village et des familles sont généralement des personnes âgées. Tout en offrant l’encens aux ancêtres et aux divinités, ils doivent aussi montrer leur profond respect. La sélection de ceux à qui l’on confie la tâche d’entreprendre ledit rituel est effectuée avec grand soin, au risque de voir les villageois punis par les divinités. C’est également un immense honneur pour les personnes sélectionnées.

Dans de nombreuses régions rurales du Vietnam, on conserve la coutume de brûler de l’encens au pied des vieux arbres ou au coin de la maison, car on pense que toute créature possède une vie spirituelle. Dans ces lieux, le rituel se fait aussi solennellement et respectueusement que dans les temples et les pagodes.

L’offrande d’encens est un rituel important et la majorité des religions le pratiquent sous différentes formes. Dans le bouddhisme, elle est une pratique indispensable lors des cérémonies et fêtes.

On doit placer respectueusement les bâtons d’encens. 
Photo : Lê Sen/VNA/CVN

Un vecteur de l’identité culturelle vietnamienne

Cette religion considère l’encens comme l’une des six offrandes avec les fleurs, les illuminations (bougies et/ou lampes), le thé, les fruits et la nourriture. Selon les fidèles, la sincérité s’exprime à travers la fumée d’encens et celles disponibles dans la nature. Nul besoin d’un grand festin. L’encens aromatique, la lampe à huile, quelques fleurs fraîches et de bons fruits sont amplement suffisants. Le Bouddha n’est pas présent sur l’autel ou dans les statues mais dans le cœur de tous.

En raison du concept que "le Bouddha est dans l’âme", le bouddhisme honore la sincérité de chaque croyant. Offrir de l’encens au Bouddha exprime la sincérité, le respect et l’amour des disciples, appelés Tâm huong (encens de l’esprit). Quiconque atteint le Tâm huong peut pratiquer le Dharma et se libérer ainsi de ses souffrances.

À travers l’espace et le temps, le rituel de l’offrande d’encens aux dieux et aux ancêtres lors du Nouvel An lunaire, des fêtes ou des anniversaires de la mort s’est transmis de génération en génération. Le bâton d’encens est devenu un élément culturel  incontournable. Il transmet des valeurs culturelles et morales aux générations futures. Avec d’autres coutumes, l’offrande d’encens contribue à préserver l’identité culturelle et les valeurs de la nation vietnamienne.
 
Thúy Hà/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.