09/05/2018 09:50
Le président iranien Hassan Rohani a dit mardi soir 8 mai vouloir discuter avec les Européens, les Russes et les Chinois afin de voir si son pays a intérêt à rester dans l'accord sur le nucléaire iranien après l'annonce du retrait des États-Unis de ce pacte.
>>Retrait des États-Unis de l'accord nucléaire iranien
>>Israël dit avoir des preuves de la violation de l'accord nucléaire par l'Iran
>>Macron et Rohani conviennent de travailler sur la préservation de l'accord nucléaire
>>L'Iran exclut tout changement à l'accord sur le nucléaire conclu en 2015

Le président iranien Hassan Rohani à Téhéran, le 21 novembre 2017.
Photo: AFP/VNA/CVN

Mettant la pression sur les pays qui ont dit vouloir sauver l'accord sur le nucléaire iranien en dépit du retrait américain, le président iranien Hassan Rohani a néanmoins déclaré que son pays cesse d'appliquer les restrictions qu'il a consenties à ses activités d'enrichissement d'uranium si ces négociations ne devaient pas donner les résultats escomptés.

"À partir de cet instant, l'accord nucléaire est entre l'Iran et cinq pays", a déclaré M. Rohani à la télévision publique iranienne peu après l'annonce du président américain Donald Trump du retrait de son pays de l'accord signé à Vienne en juillet 2015 entre l'Iran et les pays du groupe 5+1 (Chine, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie et Allemagne).

"Nous devons attendre de voir ce que les cinq grands pays vont faire. J'ai ordonné au ministère des Affaires étrangères de mener pendant les quelques semaines à venir avec les pays européens et les deux autres grands pays, la Chine et la Russie, des négociations", a-t-il dit.

Si celles-ci permettent que "les intérêts du peuple iranien soient assurés [...] l'accord nucléaire restera et nous pourrons agir pour l'intérêt de la paix et de la sécurité de la région et du monde", a ajouté M. Rohani, qui a accusé M. Trump de livrer une "guerre psychologique" contre l'Iran.

"J'ai ordonné à l'Organisation iranienne de l'énergie atomique de prendre les mesures nécessaires [...] pour qu'en cas de nécessité nous reprenions l'enrichissement industriel sans limite", a encore dit M. Rohani, semblant lier une telle décision à l'éventualité d'un échec des négociations pour sauver l'accord de Vienne.

Par cet accord, l'Iran s'est engagé pour 15 ans à ne pas enrichir l'uranium à plus de 3,67% et à ne pas détenir plus de 300 kg d'uranium.

L'enrichissement industriel est destiné à faire du combustible pour les centrales nucléaires civiles. Mais hautement enrichi, et en quantité suffisante, l'uranium peut permettre la fabrication d'une bombe atomique.

Par l'accord de Vienne, l'Iran s'est solennellement engagé à ne jamais chercher à acquérir la bombe atomique.

Émanation de l'ONU, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a jusqu'ici certifié que l'Iran remplissait ses engagements pris à Vienne.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

La ville de Châu Dôc privilégie l’écotourisme L’écotourisme fait partie des stratégies de développement de la ville de Châu Dôc (province d'An Giang, delta du Mékong) aux côtés du tourisme spirituel et culturel. De nombreuses destinations sont proposées dans le but d’attirer des touristes de plus en plus désireux de profiter à 100% de la nature.