12/06/2021 16:15
L'Iran a recouvré ses droits de vote à l'Assemblée générale des Nations unies après un paiement partiel de ses cotisations en souffrance, a annoncé vendredi 11 juin un porte-parole de l'ONU.
>>L'Iran accepte l'accès de l'ONU à deux sites nucléaires suspects
>>Le président iranien se rend à l'ONU

Une réunion de l'Assemblée générale de l'ONU à New York, aux États-Unis.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Je peux vous confirmer aujourd'hui que la République islamique d'Iran a payé le montant minimum dû et ne relève plus de l'article 19 de la Charte des Nations unies", a déclaré Farhan Haq, porte-parole adjoint du secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres.

L'article 19 dispose qu'un État membre ne peut plus voter à l'Assemblée générale s'il a au moins deux ans de retard de cotisation. Majid Takht Ravanchi, l'ambassadeur d'Iran auprès des Nations unies, a noté vendredi 11 juin sur Twitter que son pays avait dû lutter pendant six mois pour le paiement de ses cotisations en raison des sanctions américaines.

"Les sanctions américaines illégales n'ont pas seulement privé notre peuple de médicaments, elles ont également empêché l'Iran de payer ses arriérés à l'ONU. Après plus de 6 mois de travail, l'ONU a annoncé aujourd'hui avoir reçu les fonds. Toutes les sanctions inhumaines doivent être levées maintenant", a indiqué le message du diplomate.

Dans une lettre datée du 28 mai, le chef de l'ONU avait informé l'Assemblée générale que cinq pays - la République centrafricaine, les Comores, l'Iran, Sao Tomé-et-Principe et la Somalie - avaient au moins deux ans de retard.

L'Iran a dû payer un minimum de 16,25 millions de dollars pour récupérer ses droits de vote. Avec son paiement, l'Iran a été autorisé à voter vendredi 11 juin lors de l'élection de cinq membres non permanents du Conseil de sécurité. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrez le monde des crayons de couleur à Hanoï

Un symbole de Hanoï sous le ciel du Sud Qui dit chùa Môt Côt (pagode au pilier unique) dit Hanoï. Néanmoins, il en existe à Hô Chi Minh-Ville une autre, de même forme et de même taille. Un témoin de l’attachement des gens du Sud envers la capitale millénaire.