19/01/2016 16:55
L'Iran a dénoncé le 18 janvier les nouvelles sanctions américaines contre son programme balistique, tout en poursuivant ses discussions sur l'application de l'accord historique sur le nucléaire.
>>Arrivée en Iran du chef de l'AIEA
>>L'accord nucléaire iranien entre en vigueur, levée des sanctions internationales

Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique, Yukiya Amano (gauche), et le président iranien, Hassan Rohani, le 18 janvier à Téhéran.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le chef de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Yukiya Amano, est arrivé à Téhéran où il devait être reçu par le président Hassan Rohani dans l'après midi.

L'AIEA a donné samedi 16 janvier son feu vert à l'entrée en vigueur de l'accord conclu en juillet entre l'Iran et les grandes puissances, soulignant que Téhéran avait tenu ses engagements en vue d'une levée des sanctions internationales.

Mais l'enthousiasme a été un peu douché par les nouvelles sanctions annoncées dimanche 17 janvier par les États-Unis pour protester contre le programme de missiles balistiques de l'Iran.

Ces sanctions sont d'ampleur très limitée car elles concernent cinq ressortissants iraniens et un réseau d'entreprises basées, qui ont été ajoutés sur la liste noire financière américaine, selon le Trésor à Washington.

Téhéran les a qualifiées lundi 18 janvier d'"illégitimes" car "le programme balistique de l'Iran n'est pas conçu pour avoir la capacité de transporter des têtes nucléaires", a expliqué Hossein Jaber Ansari, porte-parole de la diplomatie iranienne.

"Comme la République islamique d'Iran l'a affirmé avec détermination par le passé, (...) elle répondra à ces actes de propagande en accélérant son programme balistique légal et en augmentant ses capacités de défense", a-t-il prévenu.

Le ministre iranien de la Défense, Hossein Dehghan, a ajouté que les sanctions américaines n'auront "aucun effet sur le développement de notre programme balistique".

Ce programme balistique a été mis en avant par Barack Obama pour affirmer que de "profondes différences" persistaient entre Washington et Téhéran, en dépit de l'accord nucléaire ayant mis fin à 12 ans de crise internationale.

M. Ansari a pour sa part affirmé que la politique de l'Iran était de n'avoir "aucune discussion avec les États-Unis" en dehors du nucléaire.

Ces critiques n'empêchent pas un rapprochement entre les deux puissances, qui s'est concrétisé par un échange de prisonniers impliquant onze ex-prisonniers, dont le reporter du Washington Post Jason Rezaian détenu plus de 500 jours en Iran.

"Nouveau climat"

Après son arrivée à Téhéran, M. Amano a rencontré le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali Akbar Salehi. "Nous avons discuté de notre coopération future dans le nouveau climat et une feuille de route a été presque définie", a déclaré à l'issue de la réunion M. Salehi, cité par les médias.

Chronologie des principales sanctions internationales infligées à l'Iran depuis 1979.
Photo : AFP/VNA/CVN

M. Amano avait annoncé samedi 16 janvier que les relations entre l'Iran et l'AIEA entraient "dans une nouvelle phase". "Beaucoup de travail a été accompli", mais "un effort similaire" reste à faire pour mener à terme l'ambition internationale de garantir le caractère pacifique du nucléaire iranien, a souligné le chef de l'AIEA.

"M. Amano vient à l'invitation de l'Iran. La durée de l'accord nucléaire est de huit ans mais nous voulons réduire cette période et cela est possible avec l'aide de l'Agence", a déclaré lundi 18 janvier Behrouz Kamalvandi, le porte-parole de l'OIEA.

Il faisait référence à une clause de l'accord qui prévoit une période de huit ans pendant laquelle l'Iran limite son programme nucléaire.

La seconde étape doit donc s'ouvrir vers 2023, mais l'accord prévoit que si l'AIEA certifie plus tôt, par exemple dans cinq ou six ans, le caractère toujours pacifique des activités nucléaires iraniennes, la période de huit ans pourra être écourtée d'autant.

Cela est important pour l'Iran, désireux de démarrer certaines de ses activités plus tôt.

De plus, d'autres sanctions américaines et européennes notamment sur les biens à double usage, les softwares, le transport des biens et technologies couverts par la liste militaire européenne, les armes, ou encore visant des individus, pourront être levées plus rapidement.

Conformément à l'accord nucléaire, l'Iran va appliquer désormais volontairement le protocole additionnel au Traité de non prolifération (TNP) qui permet à l'AIEA d'avoir un contrôle plus approfondi du programme nucléaire iranien.

Sur le plan économique, les groupes étrangers se placent pour être les premiers à profiter de la levée des sanctions.

La branche camions du constructeur allemand Daimler a ainsi annoncé lundi 18 janvier avoir signé des lettres d'intention avec deux groupes iraniens. "Il y a une énorme demande en matière de véhicules utilitaires (...). Nous allons vite reprendre nos activités sur le marché" où le groupe avait été présent jusqu'en 2010, a commenté Wolfgang Bernhard, responsable de Daimler Trucks.

AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bravo aux lauréats du concours «Jeunes Reporters Francophones»

Bientôt la Semaine verte du tourisme et du patrimoine à Hanoï La deuxième édition de la Semaine verte du tourisme et du patrimoine - l’endroit de rencontre des hommes et de la nature se déroulera du 21 au 23 novembre dans le centre de la culture et des arts du Vietnam (N°2, rue Hoa Lu) à Hanoï.