12/02/2018 11:21
L'Irak a proposé à la compagnie britannique BP d'étudier les réserves des champs de pétrole de la province septentrionale de Kirkouk afin de permettre à l'Irak d'optimiser sa production, a affirmé dimanche 11 février à l'AFP le ministre du Pétrole, Jabbar al-Louaïbi.
>>L'Irak publie pour la première fois les noms de 60 "terroristes" recherchés
>>Irak : appel d’offres pour un nouvel oléoduc entre Kirkouk et la Turquie

Le ministre irakien du Pétrole, Jabbar al-Louaïbi, lors d'une interview à l'AFP, le 11 février à Bagdad. Photo : AFP/VNA/CVN

Les forces irakiennes ont repris en octobre aux autorités du Kurdistan irakien (Nord) les champs de pétrole dont les Kurdes s'étaient emparés ces dernières années dans la région disputée de Kirkouk, frontalière de la région autonome.

"Le PDG de BP doit venir cette semaine à Kirkouk et j'ai proposé que (la compagnie) élargisse son étude technique à tous les champs de (la province) de Kirkouk (...) Ils étudient ma proposition", a-t-il dit lors d'un entretien à l'AFP.

BP est la plus grande compagnie pétrolière en Irak avec l'exploitation du champ de Roumaïla (Sud) qui produit 1,5 million de b/j soit 30% de la production journalière du pays.

Concernant la région de Kirkouk, le ministère du Pétrole avait signé en 2014 un contrat avec BP pour étudier les réserves et trouver les moyens de développer le champ de Baba Gargar, le plus vieux d'Irak, et celui de Havana.

"Nouveau contrat"

"Tout avait été gelé mais nous avons signé un nouveau contrat en janvier avec BP", a-t-il dit.

Le contrat avait été gelé en raison du chaos créé par la percée du groupe jihadiste État islamique (EI), dont les forces du Kurdistan irakien avaient profité pour s'emparer de l'ensemble des installations pétrolières de Kirkouk.

Les cinq champs pétroliers de Bab Gargar, Havana, Bay Hassan, Jambour et Khabbaz ont une capacité de production d'environ 470.000 b/j mais fonctionnent au ralenti faute de pouvoir exporter leur production car l'oléoduc reliant Kirkouk au terminal de Ceyhan, en Turquie, est hors service.

À ce propos, le ministre a indiqué que la construction d'un nouvel oléoduc reliant ces champs pétroliers à la Turquie, long de 350 km et d'une capacité de plus d'un million de barils par jour, devrait "être terminé d'ici un an ou un an et quelque".

En attendant, a-t-il dit, 30 à 60.000 b/j du pétrole de ces champs seront acheminés par la route vers des raffineries en Iran "car les Iraniens rencontrent de nombreuses difficultés logistiques pour acheminer leur pétrole se trouvant au Sud du pays".

En échange, "nous (...) recevrons la quantité équivalente vers notre port du Sud (Bassora)", a-t-il expliqué.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Les médias de masse étrangers font l’éloge du pont d’Or à Dà Nang Ces derniers jours, le pont d’Or (Câu Vàng en vietnamien), dans la zone touristique Bà Nà Hills de la ville de Dà Nang (Centre), est la référence la plus recherchée sur internet.