26/10/2017 19:29
L'Irak a lancé jeudi 26 octobre l'assaut sur le dernier bastion du groupe État islamique (EI) sur son territoire près de la frontière avec la Syrie, pays où les jihadistes sont également acculés face aux troupes de Damas et une force arabo-kurde soutenue par Washington.

>>Violents combats contre l'EI dans la région de Mossoul
 

Les forces irakiennes avancent vers des positions peshmergas, le 15 octobre dans les environs de Kirkouk.
Photo : AFP/VNA/CVN


La bataille sur le dernier bastion du groupe État islamique (EI) sur son territoire, de part et d'autre de la frontière irako-syrienne, est "le dernier grand combat contre l'EI", indiquaient récemment des généraux américains de la coalition internationale antijihadistes. Elle vise à étrangler les jihadistes dans leur dernier carré, dans la moyenne vallée de l'Euphrate qui court de la province de Deir Ezzor dans l'est de la Syrie jusqu'à al-Qaïm, dans l'ouest de l'Irak.

C'est sur cette localité de l'immense province désertique d'al-Anbar que les forces irakiennes ont lancé jeudi matin 26 octobre l'assaut.

À l'aube, le Premier ministre Haider al-Abadi, commandant en chef des armées, a annoncé dans un communiqué "le lancement de la bataille de libération d'al-Qaïm".

M.Abadi, qui a à plusieurs reprises annoncé des assauts lors d'allocutions télévisées au milieu de la nuit, a cette fois-ci publié un communiqué, car il est au beau milieu d'une tournée régionale, qui après le Golfe durant le week-end, puis Amman et Le Caire avant Ankara mercredi, se conclut jeudi à Téhéran.

Il rencontrera dans la journée le président Hassan Rohani et le Guide suprême Ali Khamenei, les deux principaux dirigeants du grand voisin et parrain de l'Irak.

En 2014, les jihadistes s'emparaient lors d'une percée fulgurante de près d'un tiers de l'Irak, mais depuis, les troupes gouvernementales et paramilitaires irakiennes les ont chassés de plus de 90% de leur territoire.

Aujourd'hui, alors que les troupes massées en nombre depuis des jours autour d'al-Qaïm sont entrées en mouvement, "les gens de l'EI n'ont d'autre choix que de mourir ou de se rendre", a averti M. Abadi.

Le général Qassem al-Mohammedi, qui dirige les opérations dans la région, a affirmé à l'AFP que les forces avançaient "sur quatre fronts : à l'est, au sud, au sud-est de la ville d'al-Qaïm, et depuis la province de Ninive, plus au nord".

 

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi, le 23 octobre à Bagdad.
Photo : AFP/VNA/CVN


Les combats sont menés, a-t-il ajouté, par l'armée, les unités contre-terroristes (CTS), la police fédérale et le Hachd al-Chaabi, ces unités paramilitaires créées pour suppléer les troupes régulières contre l'EI. Pour cette bataille qui se joue dans la province sunnite d'al-Anbar, plusieurs unités tribales du Hachd ont été mobilisées. Elles sont composées de combattants locaux, sunnites, et agissent au sein de cette coalition hétéroclites de civils ayant pris les armes contre l'EI et de milices chiites soutenues par l'Iran.

Contre les Kurdes dans le Nord

L'Irak s'est lancé dans cette nouvelle opération alors qu'une partie de ses troupes est toujours mobilisée pour reprendre le contrôle de zones que le Kurdistan irakien dispute aux autorités fédérales.

En quelques jours à peine, les troupes irakiennes ont repris la totalité de la riche province pétrolière de Kirkouk ainsi que des villes et régions de la province multicommunautaire de Ninive, où se trouve Mossoul, la deuxième ville d'Irak, le long de la frontière avec la Turquie.

Jeudi 25 octobre, a assuré la plus haute instance de défense du gouvernement de la région autonome, elles ont visé Zoummar, une zone pétrolière, au nord-ouest de Mossoul.

"À 06h00 (03h00 GMT), les forces irakiennes et les (forces paramilitaires des) Unités de mobilisation populaire soutenues par l'Iran bombardent à l'artillerie lourde les peshmergas sur le front de Zoummar et avancent en direction de leurs positions", a assuré le communiqué du Conseil de sécurité de la région du Kurdistan.

 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vietnam - France: une coopération chaque jour plus florissante

Découvrir la nuit de Hanoï en bus à impériale à toit ouvert La Compagnie générale des transports de Hanoï (Transerco) lancera un bus de nuit à impériale à toit ouvert de 19h30 à 20h30 à partir du 1er août pour attirer plus de passagers.