11/10/2019 16:36
Le gouvernement indonésien s'apprête à engager une action en justice auprès de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) pour contester l'Union européenne (UE) au sujet de sa Directive sur les énergies renouvelables II (RED II) et de son Règlement délégué (DR).

>>Indonésie : la police déjoue un complot d’attentat à la bombe à Jakarta
>>Indonésie : l'accès à Internet en Papouasie entièrement normalisé
 

Vue aérienne d'une plantation de palmiers à Batanghari, province de Jambi, île de Sumatra, Indonésie. Photo : Antara/CVN


Selon l’agence de presse indonésienne Antara, le plan d'action en justice a été mis en place pour répondre aux préoccupations relatives à la réglementation ayant un impact direct sur l'industrie indonésienne de l'huile de palme.

"Le gouvernement indonésien doit se préparer à faire face à RED II car cette règle aura un impact négatif sur son industrie de l'huile de palme. Il est important pour nous d'approfondir la préparation et la situation juridique de l'Indonésie face à la phase de mise en œuvre de la RED II", a expliqué Sondang Anggraini, chef du Bureau de la défense des intérêts commerciaux du ministère indonésien du Commerce, lors d’une conférence à Bali.

Publiée en 2018, la RED II a eu des effets négatifs sur l'industrie indonésienne de l'huile de palme. En mars 2019, la Commission européenne a adopté les critères européens de durabilité pour les biocarburants. La règlementation européenne prévoit une réduction progressive de la quantité des biocarburants, un risque lié au changement indirect dans l'affectation des sols (ILUC).

Une partie de la RED II sera appliquée à partir du 1er janvier 2021. Tous les membres de l'UE devraient avoir appliqué la directive au niveau national d'ici juin 2021.

Tous les objectifs de la RED II devraient être atteints d'ici 2030, ce qui signifie qu'il ne restera plus de biocarburant provenant de matières premières présentant un risque élevé de changement climatique et ayant une incidence sur la disponibilité des denrées alimentaires.

Dans cette affaire, Sondang Anggraini a souligné la nécessité pour le gouvernement indonésien d’examiner deux domaines préoccupants de discrimination, le premier étant la politique discriminatoire de l’UE entre l’huile de palme indonésienne et les produits à base de matières premières provenant d’autres pays, tels que le soja ; le second étant la discrimination appliquée par l'UE à l'huile de palme indonésienne par rapport aux produits à base de matières premières en provenance d'UE.


VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Franconomics 2019 : entreprises, universités et localités se relient

Le yacht français Le Lapérouse en escale à Hô Chi Minh-Ville Le yacht cinq étoiles de la série Explorers, Le Lapérouse, battant papillon français, a jeté l’ancre à Hô Chi Minh-Ville et y restera amarré pendant plusieurs jours. Il s’agit de la première visite de ce navire touristique dans la mégapole du Sud.