08/03/2018 16:30
L’Indonésie organise du 7 au 11 mars une deuxième foire destinées à promouvoir les produits artisanaux, les souvenirs et en particulier le batik indonésien, tissu en coton et soie teint à la main.
>>Coopération touristique entre la province indonésienne de Bali et des localités vietnamiennes
>>Indonésie : forte hausse des investissements au 3e trimestre
>>L’Indonésie parmi les dix plus grands producteurs mondiaux

Un défilé de mode lors de la foire "Produits  artisanaux-tissu de batik-présents de l’Indonésie 2018". Photo : VNA/CVN

"Nous tenons à faire connaître le batik au plus grand nombre de gens dans la région à travers cet événement", a déclaré la directrice générale de la Direction générale des petites et moyennes industries du ministère indonésien de l’Industrie, Gati Wibawaningsih.

"Cela nous offre aussi une opportunité pour exporter ce tissu vers d’autres pays, y compris le Vietnam, et je souhaite qu’il soit apprécié par les Vietnamiens", a-t-elle dit en ouverture de la Foire des produits artisanaux, produits en batik et souvenirs. Inscrit en 2009 par l’UNESCO sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, le batik indonésien cherche aussi à pénétrer les marchés malaysien, singapourien et sud-africain, a-t-elle fait savoir.

La valeur des exportations indonésiennes de produits artisanaux, y compris ceux en batik, a augmenté de 3,8% pour atteindre 776 millions de dollars en 2017.

Le batik est teint par des artisans, fiers de dessiner des modèles sur le tissu en traçant des lignes et des points avec de la cire chaude. La diversité des motifs reflète la variété des influences, depuis la calligraphie arabe, l’art floral européen, jusqu’aux phénix chinois en passant par les fleurs de cerisiers japonais et les paons indiens ou persans.

Souvent transmis de génération en génération au sein des familles, l’art du batik est intimement mêlé à l’identité culturelle du peuple indonésien et en exprime la créativité et la spiritualité, au travers des significations symboliques de ses couleurs et dessins.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Thi.bli, de l’amour de la céramique à l’amour du Vietnam

Un Depuis 15 ans, chaque dimanche matin, les philatélistes de la capitale se donnent rendez-vous dans un petit café de la rue Triêu Viêt Vuong. Rassemblés sur le trottoir, ils boivent du thé et du café tout en échangeant des timbres.