25/06/2020 17:38
L'Indonésie et 14 autres pays en négociation ont convenu mardi 23 juin de signer l’Accord de Partenariat économique régional global (RCEP) cette année pour soutenir la reprise économique après la pandémie de COVID-19.
>>Indonésie : l’éruption du volcan Merapi, la plus haute alerte de vol émise
>>Indonésie : le volcan Merapi projette des cendres à 6.000 m d'altitude

Le ministre indonésien du Commerce, Agus Suparmanto.
Photo : VN+/CVN

Iman Pambagyo, chef de la délégation de négociation du RCEP depuis 2013, a espéré que l'accord serait signé en novembre. Jusqu'à présent, les pays se sont mis d'accord sur le texte de l'accord et ont presque achevé la révision juridique du texte.

S'il est signé, l'accord commercial créera l'un des plus grands blocs économiques du monde, représentant 30% du PIB mondial.

Au milieu de la pandémie de COVID-19, la finalisation du RCEP cette année donne l'espoir que les économies de la région et du monde se rétabliront, la chaîne d'approvisionnement régionale sera renforcée et la confiance en le système de commerce international ouvert et fondé sur des règles sera rétabli, a déclaré mardi le ministre indonésien du Commerce, Agus Suparmanto, dans un communiqué publié après une conférence en ligne des ministres des pays participant aux négociations du RCEP.

La conférence a eu lieu à un moment où des pays, dont l'Indonésie, cherchent à atténuer les  impacts de la pandémie sur leurs économies. Le gouvernement indonésien prévoit un taux de croissance économique de 1% cette année, le plus bas en 19 ans, et a même mis en garde contre une baisse de 0,4%.

La pandémie a également perturbé le commerce international et les chaînes d'approvisionnement mondiales, les usines du monde entier étant contraintes de fermer alors que les pays cherchent à contenir le virus. L'Organisation mondiale du commerce (OMC) prévoit que le commerce mondial diminuera de 13 à 32% cette année.

Malgré l’optimisme de l’Indonésie, les ministres des autres pays négociateurs, à savoir les 10 États membres de l’ASEAN, la Chine, le Japon, la République de Corée, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, ont convenu de persuader l’Inde de rejoindre le RCEP pour tirer le meilleur parti de l’accord commercial.

L'Inde s'est retirée des négociations du RCEP en novembre 2019 en raison de préoccupations concernant son déficit commercial croissant avec la Chine. Les hommes d'affaires indiens se sont inquiétés du fait que le RCEP pourrait entraîner un afflux de produits bon marché en provenance de Chine et de produits laitiers en provenance d'Australie.

Les négociations sur ce traité de libre-échange ont débuté en novembre 2012, portant sur les biens, les services, les investissements, la coopération économique et technique, la concurrence et les droits de propriété intellectuelle.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Un champ d’ananas pour affoler son compteur de Hormis les cavernes Mua ou Tam Côc - Bich Dông, la province de Ninh Binh abrite également une nouvelle destination attirant les visiteurs. Il s’agit d’un champ d’ananas dans la ville de Tam Diêp.