12/06/2018 18:43
Le journal Jakarta Post a récemment publié un article du Docteur Aretha Aprilia à propos de la détermination de l’Indonésie dans le règlement de déchets plastiques.

>>Indonésie : le défi de nettoyer le fleuve le plus pollué au monde

Situé dans l’ouest de l’île de Java en Indonésie, le Citarum, surnommé le fleuve le plus pollué au monde, est rempli de polluants de toutes sortes.
Photo: AFP/VNA/CVN


Selon l’article, les déchets, en particulier des déchets plastiques, sont devenus un grand danger pour l’environnement dans le monde entier. En décembre 2017, les autorités indonésiennes ont déclaré l’île de Bali en état d'"urgence déchets" alors que plusieurs plages ont été envahies de déchets.

Malgré les difficultés concernant la gestion des déchets en Indonésie, certaines activités substantielles peuvent permettre aux habitants du pays de milliers d’îles de s’orienter vers un avenir plus vert et plus propre.

En particulier, l’arrêté No35/2018 promulgué récemment par le gouvernement indonésien stipulera le processus de transformation des déchets en énergie, cela apportant une perspective nouvelle et optimiste pour les activités de traitement des déchets dans ce pays.   

En parallèle, avec ces efforts déployés par le gouvernement visant à renforcer le rôle des installations de récupération des matériaux (MRF) et à trouver des technologies de traitement appropriées, la gestion communautaire des déchets (CCQEP) est une mesure temporaire prise par des populations locales.

Une proposition jugée faisable et économique dans la gestion des déchets en Indonésie est l’enfouissement. En outre, des centrales combinant le méthane et l'énergie solaire peuvent également être une option pour régler le problème des déchets, comme ESC Indonesia, compagnie de consultation en environnement, l’a appliqué en 2015.

Toutefois, l'article a souligné que la réduction des déchets rejetés par les hommes était une priorité absolue dans la gestion des déchets car aucune technologie ne fournit une solution globale pour éliminer des déchets. En outre, les autorités indonésiennes devraient étudier le recyclage des déchets plastiques pour les transformer en matériaux de construction, notamment ses impacts sur l'environnement ainsi que sa toxicité.

Quelque soit le choix des méthodes de traitement des déchets, les gens doivent améliorer leur prise en conscience dans la réduction et le tri des déchets, a conclu l’article. Pendant ce temps, la construction des usines de traitement des déchets et la mise en œuvre du système sont la responsabilité des autorités locales. Toutes les parties concernées doivent faire des efforts immédiats pour un environnement vert.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.