19/07/2019 09:38
Trente-trois personnes ont péri jeudi 18 juillet au Japon dans l'incendie, vraisemblablement d'origine criminelle, qui a ravagé un studio d'animation.
>>Japon : 11 morts dans un incendie à Sapporo
>>Incendie volontaire dans un train à grande vitesse près de Tokyo : deux morts

Les secours à l'œuvre autour de l'immeuble incendié abritant un studio d'animation à Kyoto le 18 juillet. Photo: AFP/VNA/CVN


Le drame est survenu dans la matinée dans un quartier résidentiel de Kyoto, dans l'Ouest du Japon. Au fil des heures le macabre décompte n'a cessé de s'alourdir, tandis que restait inconnu le mobile du suspect, accusé d'être entré dans le bâtiment et d'y avoir répandu de l'essence avant de l'enflammer.

Il a été vu auparavant dans une station-service remplissant des bidons de carburant, selon les médias.

Si la cause du sinistre est confirmée, il s'agira d'une des tueries les plus meurtrières de ces dernières décennies au Japon, où le taux de criminalité est faible.

Deux victimes ont été piégées au rez-de-chaussée, et 31 autres aux deux étages ou dans les escaliers menant au toit-terrasse, a indiqué un porte-parole des pompiers.

"Les flammes avancent beaucoup plus vite avec l'essence que dans le cas d'un feu normal, donc je pense que l'incendie s'est propagé si vite que les systèmes d'alarme et portes pare-feu n'ont pas eu le temps de fonctionner", a expliqué sur la chaîne publique NHK Keizo Harafuji, ancien enquêteur de la police de Tokyo. "Dans certains cas, la température dans une pièce peut grimper à 1.500 degrés".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.