09/10/2020 22:44
Trois facteurs que sont la baisse des taux de prêt pour un achat immobilier, la politique budgétaire et la demande de logement permettent à l’immobilier au Vietnam d’établir un nouveau sommet, selon le journal britannique The Economist.
>>Le marché immobilier devrait s'accélérer pour la période 2021-2022
>>L’immobilier industriel s’attend à une nouvelle vague d’investissements japonais

Le prix des appartements au 2e trimestre à Hanoï, malgré la pandémie, a encore augmenté d’environ 0,16% par rapport au 1er trimestre.
Photo : VNA/CVN

The Economist vient de publier des informations sur le marché mondial de l’immobilier qui ont surpris de nombreuses personnes. Au lieu du scénario morose comme certains l’avaient prédit, les prix des logements au 2e trimestre 2020 ont tendance à augmenter dans la plupart des pays.

La première raison évoquée par The Economist est que la baisse des taux d’intérêt sur les prêts dans les pays ces derniers temps a aidé les gens à avoir un meilleur accès au financement.

Au Vietnam, le facteur ci-dessus est également apparu assez tôt sur le marché. Une série de banques ont abaissé leurs taux de prêt pour acheter des maisons avec des taux d’intérêt de 6,49 à 8,8% par an pour les prêts de 1 à 3 ans. En moyenne, par rapport à 2019, le taux d’intérêt au Vietnam a baissé d’environ 1,5 à 2% par an. Ceci est considéré comme le niveau le plus bas depuis de nombreuses années.

La politique budgétaire est le deuxième facteur qui s’explique par le prestigieux magazine mondial pour la hausse des prix mondiaux des logements malgré l’épidémie. Ceci est considéré comme un soutien de l’État en faveur de la population en cette période de crise sanitaire. Des politiques distinctes pour les acheteurs de logements ont également été mises en œuvre, telles que report du remboursement du principal et allongement de la période de recouvrement des prêts hypothécaires.

C’est ce que le Vietnam a déployé. Pour la toute première fois, le pays dispose d’un ensemble de soutien sans précédent pour des millions de personnes. Outre la subvention directe aux salariés, de nombreuses personnes ont bénéficié d’autres politiques telles que report d’impôt, prêts sans intérêt, prolongation du délai de remboursement des emprunts bancaires. Ces politiques ont autonomisé les personnes et les entreprises dans ces moments difficiles et ont ainsi stabilisé le marché immobilier.

The Economist a également mentionné le troisième facteur - la demande de logement. Les recherches montrent que le coût du logement des ménages dans de nombreux pays augmente et que de nombreuses personnes recherchent de meilleurs endroits où vivre.

Le Vietnam n’échappe pas à cette tendance. Sa population jeune, sa croissance économique rapide et stable depuis longtemps contribuent à l’émergence d’une grande classe moyenne, désireuse de devenir propriétaire d’un appartement ou d’une maison.

Par conséquent, parallèlement à la forte tendance mondiale, le prix des appartements au 2e trimestre à Hanoi, malgré la pandémie, a encore augmenté d’environ 0,16% par rapport au 1er trimestre, les prix des maisons privées, de 0,01% (selon le rapport du 2e trimestre du ministère de la Construction).

À Hô Chi Minh-Ville, les prix des appartements ont également augmenté, de 0,25% par rapport au 1er trimestre 2020, et ceux des maisons individuelles de 0,15%. 

CPV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2020" couronné de succès

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.